A Saint-Denis, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque "Les Marrons"

art saint-denis
A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » Réunion
A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » ©Hermione Razafinarivo
A Saint-Denis, sur près de 400 mètres carré du boulevard Sud, l’artiste Stéphanie Lebon réalise la fresque "Les Marrons" inaugurée ce mardi 19 avril. Les passants peuvent ainsi lire sur le mur le premier roman réunionnais.

Ces derniers jours à Saint-Denis, sur le boulevard Sud, passants et automobilistes peuvent admirer une artiste en plein travail. Ce mardi 19 avril, la fresque "Les Marrons" a été inaugurée entre le rond-point de la Région et celui du Moufia.

L’artiste Stéphanie Lebon

Elle est réalisée par Stéphanie Lebon d’après le roman de l’écrivain et abolitionniste Louis Timagène-Houat. Sur près de 400 mètres carré, l’artiste a écrit des passages du premier roman réunionnais.

"L’idée est de mettre en lumière cette œuvre du patrimoine littéraire réunionnais, et de faire connaître au plus de gens possible ce roman, explique l'artiste, Stéphanie Lebon. Cette œuvre va à l’encontre de notre société d’image, on invite les gens à se plonger à l’intérieur de cette fresque qui est un vrai trésor".

A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » Réunion
A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » ©Hermione Razafinarivo

"Le combat pour la liberté de nos ancêtres"

L’artiste va peindre 189 pages sur des panneaux tous les mois jusqu’au 20 décembre. De quoi intriguer les passants. 

"En jetant un coup d’œil, ça nous rappelle la vie de nos ancêtres, explique Lorenzo, un passant qui admire la fresque. Ils se sont battus pour notre liberté donc ça nous fait comprendre qu’il faut respecter nos aînés et profiter de cette liberté".

A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » Réunion
A Saint-Denis, sur le boulevard Sud, les passants découvrent le premier roman réunionnais grâce à la fresque « Les Marrons » ©Hermione Razafinarivo

Le premier roman réunionnais

La ville de Saint-Denis espère fêter le 20 décembre avec "la livraison de ce grand livre". "Cette œuvre artistique est en train de se faire, explique Ericka Bareigts, maire de la ville. Louis-Timagène Houat était un auteur dionysien qui a écrit le premier roman réunionnais « Les Marrons »."

"Cette œuvre permet de mettre dans l’espace public, l’accès aux livres, et à la connaissance sur nos marrons, les héros réunionnais qui ont porté la liberté", ajoute Ericka Bareigts. "C’est un hommage au phénomène du marronnage dans notre Histoire", rappelle la ville.

Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

A Saint-Denis, sur près de 400 mètres carré du boulevard Sud, l’artiste Stéphanie Lebon réalise la fresque "Les Marrons". Les passants peuvent ainsi lire sur le mur le premier roman réunionnais.

L’auteur Louis-Timagène Houat

En 1848, quatre ans avant l’abolition de l’esclavage, Louis-Timagène Houat a publié, à Paris, le livre "Les Marrons". Il le rédige avec la volonté d’éclairer les habitants de métropole sur la condition des esclaves et les traitements imposés aux populations marrons.

Militant anti-esclavagiste, Louis-Timagène Houat est professeur de musique. En 1835, il est arrêté pour incitation à la révolte des esclaves lors de la répression du "complot de Saint-André". Il attendra son procès huit mois.

En 1836, il raconte par écrit les conditions de sa détention. Il sera condamné à la prison à perpétuité. Peu de temps après, sa peine est  commué en exil politique. Arrivé Paris, il publie "Les Marrons", premier roman de la Réunion. Quatre ans plus tard, le 20 décembre 1848, l’abolition de l’esclavage est prononcée à la réunion.

L’opération "Desot le mur", un "musée à ciel ouvert"

Pour la mairie, cette fresque "Les Marrons" marque le lancement de l’opération "Desot le mur" qui permet aux artistes, plasticiens et grapheurs d’illustrer des œuvres littéraires du patrimoine réunionnais sur l’espace public.

"Cette fresque est réalisée dans le cadre de notre musée à ciel ouvert, rappelle Ericka Bareigts. Nous avons dans les quartiers de Saint-Denis, des œuvres artistiques, des peintures, des sculptures et maintenant un livre".