A Saint-Denis, une hausse brutale des frais de garderie fait bondir des parents d’élèves

éducation saint-denis
Déconfinement réouverture reprise école cour de récré récréation 180520
©RB / Imaz Press Réunion
A Saint-Denis, des parents d’élèves sont concernés par une hausse brutale des frais de garderie en cette rentrée scolaire. Ils ont lancé une pétition via les réseaux sociaux. Explications.

"Je n’ai pas de solution", explique Laurent, père de trois enfants. Il se sent aujourd’hui "pris au piège". Ses frais de garderie ont augmenté brutalement par rapport à l’an dernier, à Saint-Denis.

Du simple au double

Satisfait de la garderie pour ses marmailles l'an dernier, il pensait retrouver le même service au même prix pour cette rentrée. "La surprise, c’est l’augmentation des tarifs", s’exclame Laurent qui a vu sa facture monter de 50%. "On a été informés fin juillet début août par un courrier et puis j'ai fait les calculs : + 1800€", ajoute-il.

Une pétition sur internet

D'autres parents expliquent que leurs frais ont doublé, voir même triplé pour certains. Cette hausse des prix concerne une partie des parents d'élèves de Saint-Denis. Ils ont d'ailleurs lancé une pétition via les réseaux sociaux.

"Une harmonisation tarifaire"

Durant les vacances, la structure leur a annoncé une "harmonisation tarifaire" de quatre associations aujourd'hui regroupées dans la SPL "Oser Pour l'Education".

"Nous avons fait le choix désormais de prendre le quotient familial, générateur d'équité, mais l'objectif est clairement de permettre au plus grand nombre de familles dionysiennes d'accéder aux activités grâce à des participations équitables !", explique Audrey Bélim, la présidente de la SPL-OPE.

Elle ajoute que les familles les plus touchées sont celles autrefois gérées par l'association "Saint-Denis Enfance", "dont les tarifs n'avaient pas bougé depuis 2013". "Ses tarifs étaient anormalement bas", ajoute Audrey Bélim.

La promesse d’une meilleure qualité de service

La société promet "des animateurs mieux formés, des tarifs au prorata du nombre de jours d'école et des goûters d'artisans boulanger locaux".

"La réclamation n'est pas sur la qualité du service, elle est sur l'augmentation abrupte et unilatérale et qui nous laisse pas le choix, rétorque Laurent.

Mère de quatre enfants de moins de 12 ans, Julie est également en colère. "Il y a que le petit à la maternelle qui serait concerné par la garderie et ça me ferait 56€ par mois, explique-t-elle. C’est juste pas possible, je suis mère célibataire, je travaille jusqu'à 20h parfois, donc mes enfants se débrouilleront entre eux".

Julie va désormais compter sur sa grande fille, pour aller chercher sa petite dernière en maternelle à la sortie de l’école.