Incendie mortel à Montgaillard : plusieurs appels aux dons, la solidarité s’organise

incendies saint-denis
incendie mortel montgaillard saint-denis sinistrés solidarité gymnase champ-fleuri 131221
©Antoine Garnier
Nombreux sont les Réunionnais à répondre aux appels à la solidarité pour les sinistrés du dramatique incendie qui s’est déroulé dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 décembre. Cinq personnes y ont perdu la vie et près de 300 personnes sont sinistrées.

Associations humanitaires, collège ou encore anonymes se mobilisent pour venir en aide aux sinistrés du dramatique incendie qui a couté la vie à 5 personnes. Près de 300 locataires ont dû être évacuées en pleine nuit, se retrouvant sans rien. 108 familles ont été recensées pour le moment, dont 214 enfants.

Dès 4h du matin, une partie des sinistrés ont commencé à être accueillis dans le gymnase de Champ-Fleuri, mis à disposition par la mairie de Saint-Denis.

Plusieurs appels aux dons lancés

190 personnes y sont prises en charge par les services de la mairie ou encore les équipes de la Croix-Rouge et les bénévoles de l’association UNIR OI. En début de matinée, la Croix-Rouge de La Réunion a lancé un appel aux dons sur les réseaux sociaux, demandant prioritairement des vêtements ou des couches.

En début d’après-midi, l’association UNIR OI a, à son tour, publié un appel aux dons.

Des appels auxquels les Réunionnais répondent généreusement. Ils sont désormais invités à les déposer à l’Office Municipal des Sports à Champ-Fleuri, Route digue du Butor.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère : 

Solidarité : l'immense élan de générosité des réunionnais ©Réunion la 1ère

Les services sociaux mobilisés pour accompagner et reloger les sinistrés

Le Département de La Réunion a également mobilisé ses services sociaux, "en lien étroit" avec ceux de Saint-Denis pour accompagner les sinistrés. Une cellule psychologique a été mise en place au gymnase. Enfin, un numéro d’appel a été ouvert : 02 62 40 06 64.

Une cellule de crise s’est réunie en préfecture. Des solutions de relogement sont à l’étude. Un relogement piloté par la SIDR, mais auquel peuvent concourir les autres bailleurs sociaux du département au titre de l’accord inter-bailleurs.