La colonie pénitentiaire de l’Ilet à Guillaume : un bagne pour enfants dans les hauts de Saint-Denis

éducation saint-denis
La colonie pénitentiaire l’îlet à Guillaume
©Réunion La 1ère

Le plateau de l’Ilet à Guillaume, dans les hauts de Saint-Denis, abrite les vestiges d’une colonie pénitentiaire pour enfants qui a fonctionné de 1864 à 1879. Environ 4 000 mineurs y ont été incarcérés. Le plus jeune avait à peine 7 ans. 

Le 5 août 1850, le gouvernement français adopte une loi qui instaure les colonies agricoles pénitentiaires, ou « maisons de rééducation », censées être plus éducatives, que répressives, pour les mineurs. Ces maisons de correction ont pour vocation d'éviter aux enfants la prison. C'est dans cette lignée que naît en 1856 à La Réunion, le premier pénitencier, précisément à l’attention des mineurs, à la Providence, quartier de Saint-Denis. La gestion de la structure est confiée aux frères du Saint-Esprit et du Cœur de Marie.

En 1863, quatre missionnaires acquièrent un modeste terrain dans le nord de Saint-Denis : L’Ilet à Guillaume. Le domaine se situe sur un plateau d’une quinzaine d’hectares, délimité à l’est par la rivière Saint-Denis et à l’ouest par le bras de Guillaume. Elle surplombe au sud la vaste plaine d’Affouche. C'est là que verra le jour la colonie pénitentiaire de l’Ilet à Guillaume. 

Colonie pénitentiaire de l'Ilet à Guillaume
©Réunion La 1ère

 

Près de 4 000 mineurs ont vécu dans ce bagne pour enfants

 

De 1864 à 1879, 3 à 4 000 enfants ont été envoyés dans la colonie pénitentiaire pour y être "redressés". Des vagabonds, petits voleurs ou encore enfants jugés rebelles qui devaient être ramenés sur le droit chemin par les spiritains en charge de la structure. Les enfants étaient ainsi mis à contribution pour cultiver les terres, effectuer les récoltes, s'occuper des animaux de la ferme, de la forge ou encore de la scierie. Les spiritains les obligeaient également à construire des routes, un pont, et même une église. Des travaux pénibles pour des bras d'enfants. 

La colonie pénitentiaire d'Ilet à Guillaume était une prison sans barreaux pour les marmailles incarcérés. En effet, de par son relief, les évasions étaient risquées. L’isolement du lieu en faisait un refuge parfait pour les esclaves marrons avant 1848. Le plus célèbre d’entre eux, appelé Guillaume, lui a d’ailleurs laissé son nom. 

La ségrégation raciale avait également une place prépondérante dans ce bagne pour enfants. En effet, 90% des marmailles qui devaient être "redressés" étaient descendants d'esclaves africains affranchis. Les autres, les enfants d'engagés indiens. 

colonie pénitentiaire d'Ilet à Guillaume
©Réunion La 1ère

 

Des fouilles archéologiques menées sur le site pour tenter de lever le voile sur cette douloureuse histoire de l'île

 

L'Inrap, l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, a été missionné par le Département de La Réunion en 2020 pour mettre en valeur l’ancien pénitencier pour enfants de l’Îlet à Guillaume. Une équipe pluridisciplinaire, constituée d’historiens, d’archéologues, d’un spécialiste de l’étude de bâti, d’un topographe et photogrammètre et  d'une archéobotaniste, est ainsi à pied d'oeuvre pour fournir une nouvelle interprétation archéologique et environnementale de ce site inscrit au titre des Monuments historiques depuis 2008. Ce projet a pour objectifs la connaissance, la préservation et la valorisation des vestiges, d’un point de vue patrimonial, culturel, éducatif et touristique. Jusque-là, aucune étude de ces ruines n'avait eu lieu - un plan avait seulement été levé en 1999. 

Colonie pénitentiaire de l'Ilet à Guillaume
©Réunion La 1ère


Cette étude sur une colonie pénitentiaire de mineurs est une première en France. La fermeture du bagne pour enfants d'Ilet à Guillaume a été ordonnée en 1871 et effective en 1879.

Le reportage de Jean-Claude Toihir :

Le site de l’Ilet à Guillaume dans les hauts de Saint-Denis a abrité autrefois un centre pénitentiaire pour enfants turbulents

 

Dans son roman "Graine de Bagnard", publié en 2006 et réédité il y a peu, l'écrivaine Pascale Moignoux revient sur l'enfance sacrifiée des pensionnaires d'Ilet à Guillaume.

Pascale Moignoux invitée du journal de Réunion La 1ère

ITW Pascale Moignoux, écrivaine