réunion
info locale

Un surveillant pénitentiaire agressé par un détenu au centre de Domenjod

justice Saint-Denis
Centre détention de Domenjod prison 241018
©Réunion la 1ère
Un surveillant pénitentiaire a violemment été agressé par un détenu de la prison de Domenjod ce dimanche 17 février vers 11h30. Blessé au visage, le surveillant a été conduit au Centre Hospitalier de Bellepierre. 
Vers 11h30 ce dimanche 17 février, un détenu de la prison de Domenjod a violemment agressé un surveillant pénitentiaire au quartier arrivant. Le détenu présentait des troubles du comportement.
 

Une violente agression

"Lors de la distribution du repas, mon collègue a ouvert la porte et le détenu s’est jeté sur lui et l’a roué de coups, raconte Vincent Pardoux, secrétaire FO pénitentiaire. Heureusement, un autre détenu s’est interposé, ce qui a permis à mon collègue de se dégager et de déclencher l’alarme. Le personnel a pu intervenir pour maîtriser l’individu". Le détenu a été conduit au quartier disciplinaire de la prison.

Regardez la réaction de Vincent Pardoux avec Indranie Petiaye et Laurent FIgon : 
©reunion
 

Une procédure pénale et disciplinaire

Blessé au visage, le surveillant pénitentiaire a été conduit au CHU de Bellepierre. "Il est arrêté pour huit jours, affirme Vincent Pardoux, secrétaire FO pénitentiaire. Il y aura une plainte déposée au commissariat de Malartic. Nous demandons une procédure pénale cohérente et une procédure disciplinaire".
  

Multiplication des agressions

Selon FO pénitentiaire, chaque mois des surveillants sont agressés dans les trois prisons de l’île. "Les incidents se multiplient, on est loin du coté angélique que peut décrire Paris sur la situation à La Réunion", s’indigne Vincent Pardoux.

Face aux profils de certains détenus, le syndicat déplore "l’absence de structure pénitentiaire psychiatrique comme cela existe dans l’Hexagone". "C’est une de nos revendications", poursuit le syndicaliste. FO pénitentiaire est actuellement à la tête d’un mouvement social d’ampleur au niveau national face à la multiplication des agressions dans les prisons.
 
Publicité