Bagarre mortelle à Saint-Joseph : un jeune homme de 23 ans mis en examen pour meurtre et violences aggravées

faits divers saint-joseph
Bagarre Saint-Joseph
©Loïs Mussard
Suite à la bagarre mortelle qui a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche à Saint-Joseph, une information judiciaire a été ouverte pour meurtre et violences aggravées. Le prinicipal suspect, un jeune homme de 23 ans a été mis en examen, ce mardi soir. 
Placé en garde à vue par les gendarmes de Saint-Joseph, dimanche 9 août, un jeune homme de 23 ans a été mis en examen, ce mardi 11 août pour meurtre et violences aggravées et écroué. L’individu, principal suspect dans cette affaire, a été présenté à l’issue de sa garde à vue prolongée. Il est arrivé au tribunal de Grande Instance de St-Pierre en début d’après-midi en présence des enquêteurs de la gendarmerie. 
 

Meurtre et violences aggravées


L’auteur présumé de l’agression mortelle, représenté par Maître Ahmed Ben Ali, est poursuivi dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour meurtre et violences aggravées. L’autopsie a confirmé que la victime est décédée suite à des coups portés par une arme blanche.
 

Deux personnes blessées ont pu sortir de l'hôpital


Le jeune homme était présent lors de la soirée d’anniversaire et a pris part à la bagarre générale qui a coûté la vie à un Tamponnais de 20 ans aux alentours de 4 heures, dimanche. Yohan Payet a perdu la vie alors qu’il tentait de s’interposer dans une bagarre entre deux groupes. Des jeunes auraient essayé de s’incruster à la fête et ont déclenché une bagarre extrêmement violente.

Sur les trois personnes blessées qui étaient hospitalisées, deux ont pu sortir de l’hôpital. Le troisième reste hospitalisé, mais son pronostic vital n’est pas engagé. Dans la rue Gabriel Macé, à Langevin, la bagarre a été d’une extrême violence. Couteaux, tessons de bouteilles, et galets ont été utilisés. Yohan Payet, le jeune homme qui a perdu la vie a été touché à de multiples reprises.

Dans cette affaire la peine encourue peut aller jusqu’à 30 ans de prison. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live