Saint-Joseph : une femme tuée à coups de couteau par son ancien compagnon

faits divers saint-joseph
Féminicide à Jean Petit
Féminicide à Jean Petit ©Pierre Coromassamy
C'est un drame de la séparation qui s'est joué hier soir à Saint-Joseph. Une femme a été poignardée par son ancien compagnon. Elle n'a pas survécu. Après une tentative de suicide avortée, l'ex-conjoint a été hospitalisé. Son pronostic vital était engagé hier soir.

Le quartier de Jean-Petit, à Saint-Joseph, a été le théâtre d'un horrible drame la nuit dernière. Une dispute, liée semble-t-il à une séparation, a conduit au pire. Les faits se sont déroulés aux alentours de 18h50. 

L'ancien compagnon de la jeune femme se serait saisi d'une arme blanche et aurait poignardé sa concubine. Cette dernière, grièvement blessée, n'a pas survécu. Les secours dépêchés sur les lieux depuis la caserne de Petite-Ile n'ont rien pu faire. 

Lise-May, 55 ans et mère de 3 enfants, victime de féminicide
Lise-May, 55 ans et mère de 3 enfants, victime de féminicide ©Photo de la famille

 

La victime, Lise May, 55 ans, laisse derrière elle trois enfants. 

Le reportage de Réunion La 1ère

 

La sonnette d'alarme tirée à plusieurs reprises

Lise May a vécu 35 ans de calvaire auprès de son compagnon. Victime régulièrement de violences, elle avait décidé, il y a deux mois, de quitter enfin son conjoint. La quinquagénaire avait même quitté le domicile conjugal, se réfugiant chez ses proches et ses amis pour éviter que son bourreau ne la retrouve. Il y a quelques semaines, elle était rentrée à son domicile, proche de celui de sa mère, en prenant soin de changer les serrures. 

Mais son compagnon, âgé de 56 ans, est revenu à la charge rapidement. Sa compagne aurait même fait intervenir les gendarmes il y a quelques jours pour le faire partir.

Le conjoint tente de se suicider

Hier soir, le quinquagénaire est revenu en découdre. Selon les premiers éléments, il aurait sauté le portail et fracturé la porte de la cuisine. S'introduisant dans la maison, il aurait commis l'irréparable. Les cris de sa compagne alertent deux de leurs enfants, mais impuissants, ils ne pourront qu'assister à la tragique mort de leur maman. 

Après son geste dramatique, l'ex-compagnon a tenté de mettre fin à ses jours en retournant l'arme blanche contre lui. Il n'a réussi qu'à s'automutiler. Evacué au CHU Sud, son pronostic vital était engagé hier soir. 

La procureure de Saint-Pierre communique sur l'affaire

Dans un communiqué, Caroline Calbo, procureure de La République, indique qu'une enquête a immédiatement été ouverte. 

La brigade des recherches était saisie de faits de meurtre sur conjoint et se déplaçait sur les lieux, suivie par les techniciens d'investigation criminelle, les légistes, le commandant de compagnie et moi-même.

Caroline Calbo, procureure de La République

 

L'autopsie de la victime sera réalisée ce lundi 8 novembre. La procureure demande de "respecter le deuil de cette famille et laisser les enquêteurs procéder aux auditions de témoins et tout acte utile à la manifestation de la vérité."

Le maire de Saint-Joseph témoigne son soutien aux proches de la victime

Dans un communiqué, Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, réagit à "une véritable tragédie survenue hier soir dans le quartier de Bas-de-Jean-Petit." 

Un drame qui a plongé le voisinage mais aussi tout Saint-Joseph dans un profond désarroi. La victime était une mère de famille travailleuse, très appréciée par sa famille, ses amis et voisins. Devant cette terrible nouvelle, l'équipe municipale est mobilisée pour apporter son soutien à la famille et aux proches.

Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph

 

L'édile qui ajoute vouloir "témoigner (sa) profonde sympathie et (son) soutien aux trois enfants de la victime, à sa maman, âgée, à ses sœurs et à toute sa famille, durement éprouvés."  Patrick Lebreton qui a également "une pensée émue" pour les riverains et voisins témoins malheureux du drame.

Le maire de Saint-Joseph qui indique par ailleurs que "s'agissant vraisemblablement d'un homicide, il revient aux forces de l'ordre et à la justice de mener l'enquête et faire toute la lumière sur les circonstances de cet horrible fait divers."

Le Conseil Départemental nomme une vice-présidente déléguée à la lutte contre les violences intrafamiliales

Cyrille Melchior, président du Conseil Départemental, "déplore une nouvelle fois ce féminicide." L'élu ajoute, dans un communiqué, que le Département "s'inscrit résolument et plus que jamais dans la lutte contre ce fléau" et "se mobilisera avec l'Etat aux côtés des autres acteurs associatifs pour mettre en place des actions nécessaires."

Notre engagement s’est traduit concrètement par la nomination d’une Vice- présidente déléguée à la prévention et la lutte contre les violences intrafamiliales. Ce combat passe par un engagement au quotidien et une prise de conscience qui doit être collective compte tenu de l’ampleur de ce phénomène et de ses multiples impacts.

Cyrille Melchior, président du Conseil Départemental

 

Le président du Conseil Départemental qui ajoute que ses services seront aux côtés des proches endeuillés. 

La Présidente de Région demande le renforcement des moyens

Huguette Bello exprime son soutien dans un communiqué aux proches de Lise May.

Rien au monde ne peut justifier cet acte de barbarie qui a enlevé la vie à une fille, une mère, une voisine.

Huguette Bello, présidente de la Région Réunion

 

La présidente de Région demande aux "instances décisionnelles de renforcer les moyens de nos services sociaux, judiciaires et policiers pour être en mesure de réagir plus vite, avec plus d'efficacité."

Une demande à laquelle s'associe l'UFR, l'Union des Femmes Réunionnaises, qui déclare que "beaucoup de victimes se reconnaissent dans le parcours de cette Saint-Josephoise" et qui ajoute "force est de constater que les moyens mis en oeuvre contre les violences faites aux femmes sont mis en défaut."

Un drame de la séparation qui fait écho à celui de mars 2021 à Saint Joseph

En mars dernier, c'est dans le quartier de Bézaves, toujours à Saint-Joseph, que les secours sont intervenus pour constater le décès de deux femmes. Un homme de 85 ans aurait tué sa femme de 78 ans, ainsi que sa voisine de 57 ans. Une enquête a été ouverte pour meurtre.