Saint-Leu : le meurtrier, de l'agriculteur ex-conseiller municipal, avoue

faits divers saint-leu
Les Hauts de Saint-Leu
©Wikimédia
Le meurtrier présumé de Franck-Alain Dennemont, agriculteur et ancien conseiller de Saint-Leu, sera présenté dans la journée au parquet de Saint-Denis. il ne sera pas seul, l'accompagnera un témoin du crime qui lui a permis de prendre la fuite en voiture après avoir roué de coups la victime.
Le meurtrier présumé, de Franck-Alain Dennemont, et un quadragénaire qui a permis au suspect de quitter les lieux du crime en voiture, mercredi 28 février 2018 vers midi, seront amenés dans la journée au tribunal de grande instance de Saint-Denis. Le premier devrait être mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort et le second pour non-assistance à personne en danger. 
Selon les premiers éléments de l'enquête recueillis pas les gendarmes, les deux hommes, des agriculteurs, se sont rendus ensemble chez l'ancien conseiller municipal de Saint-Leu qui est également agriculteur. Cette visite musclée concernait un chemin qui passe sur le terrain du suspect principal dans ce dossier. 

La victime vivait encore 

Que s'est-il dit, passé ? Deux questions encore sans réponse définitive, mais manifestement la discussion a rapidement dégénéré, le meurtrier s'étant jeté sur la victime pour la rouer de coups avec un flexible avant de s'enfuir à bord de la voiture du témoin qui a assisté à toute la scène. Quand, il a quitté la scène, selon ses dires, confirmés par le médecin légiste, Dennemont était toujours vivant. Il décède de longues minutes après le départ des deux gardés à vue.

Un suspect violent 

Le principal suspect n'est pas un inconnu. Cet agriculteur des hauts de Saint-Leu avait déjà défrayé la chronique en fonçant avec son tracteur dans le véhicule de voleurs d'oignons et n'hésitant pas à passer à tabac deux des protagonistes.
À l'issue de son passage devant le juge des libertés, le trentenaire devrait être placé en détention provisoire, son complice, lui pourrait bénéficier d'une remise en liberté sous contrôle judiciaire.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live