Municipales 2020 : Juliana M’Doihoma en tête, une quadrangulaire, voire une pentagulaire, au 2nd tour ?

élections saint-louis
Mairie de Saint-Louis La Réunion
©Imaz Press Réunion
Avant le 1er tour des élections municipales 2020, le 15 mars, Réunion la 1ère vous propose de découvrir les intentions de vote sur la commune de Saint-Louis. Quels sont les candidats qui bénéficient de la plus grande popularité auprès des Saint-Louisiens ? Les dernières tendances sont ici.
Neufs candidats, têtes de listes, se présentent sur la commune de Saint-Louis. Le 15 mars prochain, les 42 546 Saint-Louisiens inscrits sur les listes électorales devront faire leur choix. Pour beaucoup, il semble encore très difficile à faire.

La société SAGIS a réalisé un sondage pour Réunion la 1ère auprès de 500 Saint-Louisiens de 18 ans et plus. Alors quelles sont les tendances à quelques jours de l’échéance ? Vers qui se portent les intentions de vote des Saint-Louisiens ?

 

Juliana M’Doihoma devant Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro


A trois semaines du 1er tour des élections municipales, période où le sondage a été effectué, c’est avant tout l’indécision qui dominait. Parmi les 500 Saint-Louisiens interrogés, 37% des personnes sûres d’aller voter n’ont pas exprimé d’intention. Elles demeurent en effet encore incertaines quant à leur choix, ou ne préfèrent tout simplement pas le dire, comme c’est le cas pour 12% d’entre elles.

Auprès des Saint-Louisiens interrogés, sûrs d’aller voter et qui se sont exprimés, c’est Juliana M’Doihoma qui sort en tête des intentions de vote. Elle devance donc les deux challengers historiques, les anciens maires Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro, et met ainsi un terme au duel bien connu des Saint-Louisiens.

Juliana M’Doihoma bénéficie ainsi une tendance de score entre 22% et 36% (compte tenu des marges d’erreur du sondage). Parmi les personnes sondées, 29% en moyenne affirment être sûres d’aller voter pour la liste qu’elle conduit.

Derrière elle, deux autres candidats bien connus, Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro. Le premier se voit crédité d’une tendance de 12% à 24%, pour une moyenne à 18%, et le second de 11% à 21%, pour une moyenne de 16% des personnes sûres d’aller voter.

 

Philippe Rangama, Jean Piot et Pierrick Robert en embuscade


L’incertitude est aussi présente au sujet des "poursuivants". Certains obtiennent des intentions de votes leur permettant d’envisager un maintien pour le second tour. Ainsi Philippe Rangama se voit doté d’une tendance de 7% à 16%, et d’une moyenne à 11% de personnes sondées sûres d’aller voter.

Jean Piot se situe dans la même dynamique avec une tendance de score entre 6% et 15%, et une moyenne de 10%. Enfin, pour Pierrick Robert les choses pourraient être plus compliquées. Il se voit crédité d’une tendance de 3% à 10% d’intentions de votes, avec une moyenne de 6% auprès des personnes sondées sûres d’aller voter.

Sylvie Agathe obtient une tendance de score entre 1% et 7%, pour une moyenne de 4%. Les deux derniers candidats sont Yvan Dejean et Serge Arnauld Rangama. Ils se verraient crédités d’une tendance de 1% à 6%, et d’une moyenne de 3% chez les personnes interrogées sûres d’aller voter.

 

2014 / 2020, le 2nd tour change de visage(s) ?


Si comme en 2014, une quadrangulaire au second tour, voire une pentagulaire, serait envisageable, les protagonistes pourraient cette fois être différents. La force de l’incertitude à quelques jours du 1er tour est telle qu’il reste difficile de donner un scénario "type".

A la différence de 2014, Juliana M’Doihoma figurerait au second tour, car créditée d’une tendance entre 22% et 36% d’intentions de votes, balayant l’idée d’un duel entre Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau. Avec une tendance de score entre 11% et 21%, Cyrille Hamilcaro se maintiendrait mais avec un score inférieur à 2014, alors de 37,04% des voix exprimées.

Claude Hoarau, absent en 2014, se maintiendrait également, crédité d’une tendance de score entre 12% et 24% d’intentions de votes. Alors qu’en 2014, son fils Fabrice Hoarau, Jean Piot et Philippe Rangama se partageaient 39% des voix exprimées au 1er tour, ces mêmes 39% seraient de nouveau partagés entre ces deux derniers et Claude Hoarau, mais dans les proportions différentes. Cette redistribution des intentions de votes traduisant là encore une forte incertitude au sein même des sensibilités politiques.

Autre changement, cette fois du côté de Pierrick Robert, qui bénéficierait pour ce scrutin d’une tendance moins favorable qu’en 2014, entre 3% et 10% contre 13,94% de voix exprimées au 1er tour en 2014.

 

Une quandrangulaire, voire une pentagulaire, au 2nd tour


Au vu des intentions de votes recueillies trois semaines avant le 1er tour des élections municipales, Juliana M’Doihoma se maintiendrait, bénéficiant de la meilleure tendance de score. Avec des tendances moindres, mais tout de même suffisantes, Claude Hoarau, situé entre 12% et 24%, et Cyrille Hamilcaro, 11% à 21%, pourraient également participer au 2nd tour.

Si la triangulaire semble plus certaine, une quadrangulaire est aussi possible. Ainsi, crédité d’une tendance entre 7% et 16%, Philippe Rangama pourrait décrocher son ticket pour le 2nd tour s’il obtient un score situé dans le haut de la fourchette. Pour rappel, seules les listes ayant obtenu au moins 10% des voix exprimées peuvent se maintenir au second tour.

Enfin, bien moins probable mais envisageable, la pentagulaire. Avec une tendance de score entre 6% et 15%, la possibilité d’un maintien au 2nd tour se dessine également pour Jean Piot, si et seulement si la moyenne des intentions de votes des personnes sûres d’aller voter, évaluée à 10%, se confirmait.

Un scenario qui semble cependant bien moins sûr compte tenu du très fort niveau d’indécision des intentions de votes des Saint-Louisiens à quelques jours du 1er tour. D’autant que le jeu des alliances pour le 2nd tour pourrait venir rebattre les cartes.

Les trois derniers candidats devraient eux-aussi se situer dans la fourchette haute de la tendance de score qui leur est attribuée, s’ils veulent envisager de fusionner avec une des listes qui obtiendrait au moins 10% de votes. En effet, seules les listes ayant obtenu plus de 5% des voix exprimées au 1er tour peuvent fusionner avec une liste ayant obtenu plus de 10%.

 

Des intentions de votes et non pas des prévisions de résultats


Les personnes interrogées se sont prononcées sur leur intention de vote, il s’agit bien d’intention et non d’une prévision de résultat électoral. Pour ce sondage, 500 Saint-Louisiens de plus de 18 ans ont été interrogés, 85% d’entre eux ont déclaré être inscrits sur les listes électorales.

L’intention de vote moyenne est calculée sur la base des personnes se déclarant certaines d’aller voter, soit 45% des inscrits. 37% des personnes interrogées, certaines d’aller voter, n’ont pas exprimé d’intention de vote sur une liste.

Comme pour toute enquête, les résultats sont soumis à une marge d’erreur d’où les intervalles d’incertitude, aussi appelés "tendances".


 

Mentions légales:

Institut : SAGIS
Média : Réunion la 1ère
SONDAGE EFFECTUE POUR : Réunion la 1ère / France Télévisions
DATES DU TERRAIN : du 17 au 29 février 2020
ECHANTILLON : 500 personnes constituant un échantillon représentatif de la population de Saint-Louis âgée de 18 ans et plus, dont 85% déclarent être inscrites sur les listes électorales.
METHODE : Etude réalisée par téléphone, fixe et mobile.
Quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, stratification par regroupement de grands quartiers INSEE.
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques : c'est la raison pour laquelle ils sont présentés en tendances (intervalles – (3))
Sondage transmis à la Commission Nationale des Sondages et consultable auprès d'elle.