Syndrome d’Alcoolisation Fœtale : des ateliers existent pour aider les mamans

santé saint-louis
Femme enceinte
(Photo d'illustration) ©Imaz Press
Ce vendredi 9 septembre, des manifestations sont organisées à La Réunion pour la Journée internationale de prévention du Syndrome d’Alcoolisation Fœtal. A Saint-Louis, des ateliers sont mis en place pour aider les mamans.

Tresser, découper, peindre. Dans l’atelier des mamans à Saint-Louis, l’ambiance est studieuse. Brigitte et ses amies sont à pied d’œuvre.

"Nous réalisons un cadre de photo, décrit Brigitte, maman, accompagnée par SAF France. Dedans, il y a le dessin d'une femme enceinte avec son bébé, et c’est écrit : zéro alcool pendant la grossesse".

Accompagner les mamans

Ce vendredi 9 septembre, des manifestations sont organisées à La Réunion pour la Journée internationale de prévention du Syndrome d’Alcoolisation Fœtal. A Saint-Louis, des ateliers sont mis en place par SAF France pour accompagner les mères de famille impactées par le "SAF".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Syndrome d’Alcoolisation Fœtal : à Saint-Louis, des ateliers sont en place pour aider et accompagner les mamans

Brigitte est personnellement concernée par le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale. Aujourd’hui, dans des groupes de paroles, elle témoigne. Brigitte est à la fois un point de repère et un réconfort pour d’autres mamans, comme Marie-Françoise, confrontée à la même situation. 

"Il ne faut pas rester seule"

"On voit qu’on n’est pas seule, on rencontre d’autres mamans qui ont les mêmes difficultés que nous, confie Marie-Françoise. Ça nous permet de nous retrouver. Je suis maman de huit enfants et sept petits-enfants et c’est pas évident". "Je peux encore m’améliorer, j’ai compris qu’il ne fallait pas que je reste seule", ajoute-t-elle.

A La Réunion, plus d’un bébé sur 100 naît avec un trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale, ce qui représente environ 130 nouveau-nés chaque année.

Apprendre et partager

A Saint-Louis, dans cet atelier, la solidarité rassemble ces mères de famille, animées par l’envie de donner le meilleur d’elles-mêmes. Marie-Céline a adopté deux enfants atteints du SAF. Ils ont aujourd’hui 23 et 24 ans. "Je suis venue ici dans l’association pour apporter de la joie, partager mon savoir sur la cuisine, la couture, la peinture, explique Marie-Céline. J’ai appris et je donne".

Annick aussi est venue pour donner de son temps. Elle est bénévole à l’association SAF France. "J’apporte ma présence, mon aide, mon écoute, explique Annick. On met en place des activités, ma passion est la peinture donc on a fait un atelier ensemble. J’apprends beaucoup de ces dames qui m’apportent leurs connaissances et leurs aptitudes".

Se faire aider pour s’en sortir

Ici l’objectif est d’apprendre, partager, se sentir utile et accompagnée pour éviter de sombrer dans les pièges tendus par l’alcool et ses dérives.

"C’est important d’être là pour oublier les problèmes, les soucis que nous avons vécu dans notre enfance, confie Brigitte, maman accompagnée par SAF France. On est entouré de personnes qui nous aident à nous en sortir".

A travers ces ateliers, ces femmes entreprennent aussi une quête de dignité. Elles ont décidé de donner un nouvel élan à leur vie et de rappeler que la grossesse est un moment sensible pour les futurs bébés. Un moment à protéger au mieux et tout particulièrement des effets provoqués par l’alcool.