Saint-Gilles : des habitants de Mont Roquefeuil contre l'installation d'une antenne 5G sur leur immeuble

social saint-gilles
Manifestation anti Antenne 5G immeuble Les Goélands Mont Roquefeuil Saint-Gilles
"Non à l'antenne relais", lancent les habitants de la résidence des Goélands, à Saint-Gilles ©Thierry Chapuis
Après avoir lancé une pétition, les locataires de la résidence SIDR des Goélands ont manifesté ce samedi dans leur quartier du Mont Roquefeuil, à Saint-Gilles, pour s'opposer au projet d'installation d'une antenne 5G sur le toit de leur immeuble.

"Non à l'antenne relais à Mont Roquefeuil !" Les habitants de la résidence SIDR Les Goélands, dans les hauteurs de Saint-Gilles, ont installé une pancarte géante au pied de leur immeuble pour signifier leur opposition au projet d'installation d'une antenne 5G, les antennes relais de dernière génération, sur le toit de leur immeuble.

"C'est le jour où ils ont posé le panneau de construction, de permis de construire, que nous avons appris qu'une antenne allait être installée", explique Mickaël Pelaez, riverain. C'était au mois de juillet dernier, et dans le quartier, tous s'inquiètent des possibles conséquences sur leur santé si cette antenne venait effectivement à être installée.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

A Mont Roquefeuil, des locataires s'opposent à l'installation possible d'une antenne 5G sur le toit de leur immeuble

Une pétition lancée

"On nous dit que ce n'est pas dangereux, mais on ne sait pas", lâche Nadège. Une pétition a même été lancée par les riverains et elle a permis de recueillir une centaine de signatures. "Les gens sont conscients que c'est dangereux sur le long terme", argumente encore Jacques, un autre riverain.

La SIDR de son côté a envoyé un courrier aux résidents dans lequel elle explique qu'elle "n'a pas donné d'accord à l'opérateur pour le moment pour ce projet" et qu'elle prendrait l'avis des locataires si un tel projet était à l'ordre du jour pour leur résidence. Mais les principaux intéressés ne sont rassurés d'où la manifestation organisée ce samedi après-midi au pied de leur immeuble.

Pas de risque pour la santé, selon l'Anses

Les antennes relais continuent de faire peur, comme en témoignent la multitude de recours initiée un peu partout en France, et y compris à la Réunion, à chaque projet d'implantation dans un secteur. Pourtant, l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, s'est déjà montrée rassurante, en février dernier, dans les conclusions d'un rapport sur la question, estimant "peu probable que le déploiement de la 5G entraine de nouveaux risques pour la santé, comparé aux générations de téléphonie précédentes".