Le meurtrier présumé d’une jeune infirmière jugé aux assises

justice saint-pierre
La cour d'Assises, à Saint-Denis.
Les jurés ont suivi les réquisitions en condamnant Johan Maruejouls à 20 ans de prison, un verdict modéré qui convient aux deux partis. ©IMAZ PRESS
Les jurés de la cour d’assises de Saint-Denis se penchent à partir de ce lundi 14 février sur l'affaire Carole Revest, du nom de cette jeune infirmière de 34 ans qui a été tuée dans son appartement, en novembre 2018, à Saint-Pierre. Un meurtre survenu au cours d’un cambriolage.

Guillaume Richauvet, n’a que 26 ans, et il se retrouve ce lundi 14 février, dans le box des accusés de la cour d’assises de Saint-Denis pour le meurtre de Carole Revest, une jeune infirmière de 34 ans découverte morte dans son appartement situé sur le front de mer de Saint-Pierre, le 12 novembre 2018.

Les circonstances de ce crime d'une grande sauvagerie seront examinées pendant trois jours par les six jurés tirés au sort pour ce procès. La victime était une jeune femme sans problème, confie son entourage. Ce sont ses voisins de la résidence Le Newport qui l’avaient découverte, baignant dans son sang, dans sa chambre à coucher…

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Cour d'assises : le meurtrier d'une infirmière dans le box

Des coups d'une extrême violence

L’autopsie réalisée avait confirmé une mort consécutive à des coups d'une extrême violence. Le corps présentait en effet de multiples plaies, des lésions, des contusions, des fractures, un éclatement de la région cervicale et enfin des traces de strangulation…

Les enquêteurs saint-pierrois avaient d’abord soupçonné un ancien petit-ami de la victime avant finalement de remonter jusqu'à Guillaume Richauvet, ce qui avait permis ensuite de reconstituer le scénario des faits.

Une jeune infirmière sauvagement tuée à son domicile de Saint-Pierre
Une jeune infirmière sauvagement tuée à son domicile de Saint-Pierre. ©Steeve Henry Peters

Alcoolisé et sous effet

Le jeune homme aurait décidé de cambrioler l’appartement de la victime alors qu'il était alcoolisé et sous effet. Il est parvenu à s'emparer des clés du logement en fracturant la boîte aux lettres de la victime, et s’est ensuite introduit dans l’habitation alors que l'infirmière dormait.

Lors de son interpellation trois jours après les faits, Guillaume Richauvet avait violemment résisté aux policiers et il avait même blessé l’un d’eux. Il expliquera aux enquêteurs avoir été pris de panique lorsque la jeune femme s’est réveillée et s’est mise à crier. Il l’aurait alors roué de coups de pieds au niveau de la tête. Pourquoi autant d'acharnement ? Il ne donne aucune réponse. Aujourd'hui, la famille venue de métropole attend pourtant des explications.