réunion
info locale

Suspicion de fraude électorale: 2 personnes placées en garde à vue

politique Saint-Pierre
Suspicion fraude électorale Saint-Pierre 1
Des bulletins de vote ont été échangés dans l'urne d'un bureau de vote de Saint-Pierre lors des élections européennes du 26 mai 2019. Une fraude supposée au profit du parti Les Républicains. ©Loïs Mussard
Après les révélations de Médiapart dénonçant un bourrage d'urne lors des élections européennes du 26 mai 2019 dans un bureau de vote de Saint-Pierre, en faveur du parti Les Républicains, le parquet de Saint-Pierre a ouvert une enquête. Deux personnes ont été placées en garde à vue.
Première conséquence directe des révélations du site internet Médiapart de ce 1er octobre, l'ouverture d'une enquête par le parquet du Tribunal de Grande Instance de Saint-Pierre et le placement en garde à vue de deux personnes. Simple synchronicité du calendrier ou signe prémonitoire, la veille, lors de son installation dans ses fonctions de procureure de Saint-Pierre, Caroline Calbo avait rappelé son attachement à veiller à la probité du monde économique, associatif et politique. Selon la magistrate, les deux personnes ont été placées en garde à vue pour "des faits de modification des résultats d'un scrutin par acte frauduleux dans un bureau de vote". Elles risquent une amende de 15 000 euros et un an d'emprisonnement.

L'enquête est actuellement en cours, elle a été confiée à la brigade de sureté départementale de Saint-Pierre. Ces investigations remontent au mois de juin 2019. A l'époque une plainte avait été déposée au commissariat de la capitale sudiste. 

Sans préjuger de la véracité des vidéos publiées par les journalistes du site Médiapart, le parquet s'était préalablement saisi du dossier pour faire la lumière sur cette affaire. Sur les images, un homme glisse plusieurs enveloppes dans une urne électorale. Interrogé sur Réunion La1ère, Antton Rouget, l'un des journalistes ayant participé à l'enquête pour le site internet d'investigations, a expliqué être en possession de plusieurs vidéos et témoignages "de deux hommes proches de Michel Fontaine, eux-mêmes sympathisants du parti Les Républicains, qui ont décidé de rééquilibrer les bulletins parce que les électeurs avaient mal voté"
 

Fait isolé ou plus : une enquête est en cours


Antton Rouget rajoute que "les individus ont reconnu les faits en disant avoir commis une erreur" et se pose la question de savoir si la fraude électorale supposée concerne un ou plusieurs bureaux. Soit s'il s'agit d'un fait isolé ou d'une action plus générale impliquant d'autres personnes.  
 
Les bulletins modifiés étaient en faveur du parti Les Républicains selon le site Médiapart. A la Réunion, le parti est représenté par Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre. Dans un court communiqué transmis à la mi-journée, il a condamné les "agissements individuels et isolés dans le cadre des dernières élections européennes" (voir encadré ci-dessous). 
 

Ambiance tendue à la mairie de Saint-Pierre


Ces révélations interviennent après un long travail d'investigation selon nos confrères de Médiapart. Les documents video transmis par des lanceurs d'alerte leur sont parvenus au mois d'août dernier et la mise en ligne de leur article a été effectuée ce mardi 1er octobre. 

Depuis ce matin, l'ambiance est tendue dans les locaux de la mairie de Saint-Pierre où les employés municipaux s'interrogent sur la supposée fraude électorale et ses conséquences. Rappelons que nous sommes à six mois de prochaines échéances électorales et que le calendrier de ces révélations pèsera aussi sur l'ambiance de la campagne des municipales sur la commune de Saint-Pierre. 
    

 
Michel Fontaine : "Je condamne fermement des faits susceptibles d’altérer la sincérité du scrutin"
Dans un communiqué, Michel Fontaine déplore cette affaire.
Le maire de Saint-Pierre et président du parti Les Républicains à La Réunion estime que les faits évoqués sont isolés et il les condamne sans aucune ambiguïté. Il semble s'interroger sur le calendrier de la révélation de la supposée fraude électorale et regrette qu'elle n'ait pas été rendue publique en amont... de la période de campagne électorale, sans toutefois clairement citer les municipales de 2020. 


Communiqué

"Nous sommes informés par la presse de l’existence d’agissements individuels et isolés dans le cadre des dernières élections européennes.
En qualité de maire, j’invite les rédacteurs de l’article à transmettre leurs éléments sans délais à l’autorité judiciaire.  
Je condamne fermement des faits qui seraient susceptibles d’altérer la sincérité du scrutin et déplore que ces informations n’aient pas été révélées plus tôt."


Michel FONTAINE
Publicité