Féminicide à Sainte-Marie : la victime avait porté plainte pour menaces il y a dix jours

faits divers sainte-marie
Féminicide à Sainte-Marie : la victime avait porté plainte pour menaces il y a dix jours
Féminicide à Sainte-Marie : la victime avait porté plainte pour menaces il y a dix jours ©Réunion La 1ère
Une femme a été retrouvée morte ce matin, à son domicile de Sainte-Marie. Son conjoint l'aurait tué avant de se suicider en se jetant du pont de la ravine Charpentier. La victime venait de déposer plainte pour menaces. La procureure de la République fait le point sur l'enquête.

A la suite de ces drames, la procureure de la République indique que deux procédures judiciaires sont en cours. 

Des coups à la tête à l'aide d'un objet 

 

L'une est ouverte du chef d’homicide volontaire par conjoint à la suite de la découverte de la victime à son domicile de Sainte-Marie. Âgée de 57 ans et auxiliaire de vie de profession, la femme aurait perdu la vie à la suite de coups, portés principalement à la tête, avec un objet. 

Le conjoint suspecté d'être l'auteur du meutre

L'autre procédure judiciaire est ouverte, du chef de recherche des causes de la mort. Une procédure qui fait suite à la découverte d’une personne qui se serait suicidé par un saut dans le vide à partir d’un pont de la RN2 enjambant une ravine. Cette personne est le conjoint de la victime. 

La brigade des recherches de Saint-Benoît est saisie.

Le conjoint de la victime est suspecté dêtre lauteur du meurtre. Malgré son décès, toutes les investigations utiles sont actuellement diligentées afin détablir avec certitude le déroulé des faits et rechercher la manifestation de la vérité

Une plainte déposée le 23 février 

Les témoins du suicide, ayant tenté de lempêcher, doivent être entendus. Les auditions des membres de la famille ont été réalisées ainsi quune enquête de voisinage. 

On apprend dans le communiqué de la procureure de la République que la victime avait déjà lancé un signal peu de jours avant ce drame. En effet, le 23 février dernier, elle avait déposé plainte pour des menaces à lencontre de son conjoint.

Ce dernier avait été placé en garde à vue et entendu. Une mesure de composition pénale avait été ordonnée, le mis en cause nayant aucun antécédent judiciaire. Il devait se présenter au tribunal le 27 avril prochain.

Les autopsies des deux corps auront lieu samedi 5 mars 2022.