Sainte-Rose : des visites de la forêt de Bois Blanc pour apprendre à préserver nos espèces

environnement sainte-rose (réunion)
Des visites de la forêt de Bois Blanc pour apprendre à préserver nos espèces.
Des visites de la forêt de Bois Blanc pour apprendre à préserver nos espèces. ©Réunion La 1ère
En cette semaine européenne du développement durable, des visites de la forêt de Bois Blanc, à Sainte-Rose, sont organisées pour sensibiliser à la préservation des espèces endémiques de La Réunion. Reportage.

Dans la forêt de bois de couleur de Sainte-Rose, il pleut plus de la moitié de l’année. Tout pousse, tout se mélange. Sur les pentes du volcan, sur une concession du conservatoire du littoral, la vanille Bourbon est cultivée.

"A l’heure actuelle, nous sommes à plus de 3000 plants pour 2,5 hectares mis en valeur, explique Quentin Donnay, planteur de vanille. Il nous en reste encore 2,5 hectares à conquérir. La restauration écologique est très longue, car nous voulons planter les vanilliers sur des arbres indigènes".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

 

De la restauration écologique

Dans cet espace, il faut un peu d’huile de coude pour éviter que les espèces exotiques dites invasives, comme le zambrozate, ne viennent étouffer les espèces indigènes comme le bois de chandelle. Au fil du temps, ce bois de chandelle est devenu un parfait tuteur pour la vanille. "J’enlève le tabac bœuf car il bouffe toute la photosynthèse, explique Quentin Donnay, les mains dans la terre. C’est une des dix espèces les plus envahissantes au monde, elle est redoutable. Si on intervient pas, elle va bouffer tout le sous-bois réunionnais".

Des visites guidées

Depuis un an, l’objectif de Quentin est de parler de ses difficultés face à cette restauration écologique. Dans cette forêt, il y a les visiteurs habituels, mais aussi des curieux venus découvrir le lieu pour cette semaine européenne du développement durable. Des visites guidées de la forêt sont organisées.

Pour les générations futures

"Les personnes comme Quentin remettent la nature comme priorité de leur vie, c’est très important pour le bien être de l’île", remarque Philippe, touriste. "C’est courageux, il faut des personnes comme lui pour essayer de faire bouger les choses, même si ça paraît dérisoire par rapport à tout ce qu’il se passe comme la déforestation et les changements climatiques, remarque Valérie, touriste venue de la région parisienne. Il est important qu’il transmette ses connaissances, c’est de l’espoir pour les générations futures".

Aujourd’hui, préserver les espèces indigènes plus résistantes aux maladies et aux cyclones, c’est assurer une meilleure productivité de la vanille, une culture patrimoniale.

Durant cette semaine européenne du développement durable, des conférences, ateliers, et visites guidées sont organisés un peu partout dans l'île. "Agir au quotidien" est le thème de cette édition 2021. Initiée par la France en 2003, la manifestation vise à inscrire l'écologie dans nos vies pour préserver notre environnement, pour les générations futures.