Sécheresse à La Réunion : même dans le cirque de Salazie, les agriculteurs ne sont pas épargnés

agriculture salazie
salazie sécheresse 231120
©Géraldine Blandin
Avec une saison des pluies qui tarde à arriver, les épisodes de sécheresse se multiplient, et avec eux les restrictions. Le cirque de Salazie, d’ordinaire bien arrosé, n’est pas épargné. La municipalité veut développer un réseau d’eau pour les agriculteurs.

La pluie arrive mais après une longue période d’absence. Une absence de précipitations anormale en cette saison, et qui a pour certains de lourdes conséquences. Depuis plusieurs années, les épisodes de sécheresse s’enchainent, et avec eux les restrictions.

Les agriculteurs sont particulièrement pénalisés

Les agriculteurs ne sont pas épargnés par cette situation. Grégory Moreau, agriculteur à Mare-à-Citrons dans le cirque de Salazie, doit arroser ses cultures 3 fois par jour minimum, à raison d’1h30 par jour. Pendant la saison chaude, ce peut être davantage encore.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :

Episode de sécheresse à La Réunion : même à Salazie, les agriculteurs ne sont pas épargnés.

 

Un signe des temps et du bouleversement du climat

En 2018, lorsque Grégory Moreau lance son activité de maraîcher sur 5 hectares, il investit dans un réservoir de 99 m3. Il succède alors à son père, qui lui n’avait jamais stocké d’eau en plus de 30 ans d’activité. A l’époque, il ne fallait pas autant arroser, la pluie suffisait, explique Gerveais Moreau.

En attendant le retour de la pluie, il faut remplir la citerne avec de l’eau potable, la facture grimpe ainsi à près de 500 euros par trimestre. En 2019, Grégory Moreau a perdu entre 30% et 40% de sa production à cause de la sécheresse. L’an dernier, seuls ses choux et ses choux-fleurs ont souffert.

Les collectivités veulent développer un réseau agricole

A Salazie, il n’existe pas d’eau d’irrigation, c’est l’eau potable qui est utilisée. Fin 2020, les coupures ont affecté 4 des 9 quartiers de la commune pendant 2 semaines. Le conseil général, la Cirest et la mairie vont prochainement construire un ouvrage de 80 000 m3 à Mare-à-Martin pour les besoins agricoles.

Une démarche qui devrait se poursuivre ensuite à Mare-à-Citrons et Mare-à-Vielle-Place, c’est en tout cas le souhait de la mairie. L’objectif est de l’étendre à tous les ilets et d’obtenir un réseau d’irrigation agricole pour tout le cirque, explique Sidoleine Papaya, 1ère adjointe au maire de Salazie.

Des citernes en attendant

En attendant, les collectivités invitent les quelques 250 agriculteurs à investir dans l’achat de réservoirs. Dès avril 2022, ils seront financés à 90% par l’Europe, y compris pour les travaux de fondation. Jusqu’ici, seule une quinzaine de planteurs se sont jetés à l’eau.

La pluie a recommencé à tomber, mais sans entrain, depuis le 20 décembre passé. La citerne de Grégory Moreau est loin d’être pleine. Les précipitations se sont intensifiées en ce milieu de semaine, mais il faudra qu’elles durent pour que la situation ne s’améliore.