Trois ans de prison, dont deux avec sursis, et 10 ans d'inéligibilité requis en appel contre Sandra Sinimalé

justice
Procès du clan Sinimalé
Joseph Sinimalé et sa fille Sandra sont soupçonnés d'être intervenus dans le recrutement et la progression professionnelle d'Eric Madouré au sein de la mairie de Saint-Paul. ©Réunion La 1ère

Sandra Sinimalé devant la justice, jeudi 8 avril. Elle est jugée en appel après sa condamnation dans l’affaire du recrutement et de la rémunération de son compagnon par son père, alors maire de St-Paul. Trois ans de prison, dont deux avec sursis, et 10 ans d'inéligibilité ont été requis.

La fille de l’ancien maire de Saint-Paul, Sandra Sinimalé et son compagnon, Eric Madouré, étaient rejugés en appel ce jeudi 8 avril. En début d'après-midi, trois ans de prison, dont deux avec sursis, et dix ans d'inéligibilité ont été requis contre Sandra Sinimalé.

Le délibéré sera rendu le 29 avril prochain.

Trois ans de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité

En novembre dernier, le maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé et sa fille, Sandra, étaient condamnés à trois ans de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité et son gendre Eric Madouré à trois ans de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Ils étaient alors reconnus coupable d’atteinte grave à l'intégrité des élus et inégalité de traitement du personnel. Sandra Sinimalé, et Eric Madouré avaient fait appel de cette décision. Condamné en novembre dernier lui aussi, l’ancien maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé, qui a décidé de quitter la politique après sa défaite aux municipales l’an dernier, n’a pas fait appel.

Le recrutement du gendre et son ascension

En mai 2014, deux mois après son élection, l'ancien maire, Joseph Sinimalé, recrute Eric Madouré à la mairie de Saint-Paul, en tant que chauffeur. A l'époque, la compagne d'Eric Madouré, Sandra Sinimalé, est, elle, en charge de la gestion du personnel communal.

La progression fulgurante du gendre de Joseph Sinimalé au sein de la collectivité va attirer l'attention de la Chambre régionale des comptes. Elle effectue un signalement après avoir passé au crible la gestion de la mairie de Saint-Paul. En un temps record, Eric Madouré va être titularisé et recevoir un salaire sur mesure au cabinet de la mairie, alors qu'il n'a "ni les compétences, ni les qualifications requises", selon l'analyse de la Chambre régionale des comptes.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live