Sécheresse à La Réunion : le régime de calamité agricole reconnu pour 21 des 24 communes

agriculture
sécheresse champs d'ananas 2020
©Chambre d'agriculture de La Réunion

C’est une victoire en demi-teinte pour la chambre d’agriculture de La Réunion. Suite à l’épisode de sécheresse de 2020, le ministre des Outre-mer a annoncé que des fonds seront mobilisés, mais pas pour l’ensemble des communes du département.

Suite à l’épisode de sécheresse qui a touché La Réunion en 2020, le régime de " Calamité agricole " sécheresse a été reconnu pour le département. La décision a été communiquée par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, hier, jeudi 25 mars.

8 millions d’euros de dégâts

L’ensemble des cultures végétales locales, y compris la canne à sucre, bénéficieront de la mobilisation de secours, comme l’avait demandé la Chambre d’agriculture de La Réunion et les syndicats FDSEA et JA.

Les agriculteurs ayant subi une perte de récolte ou une perte de fonds occasionnées par ce phénomène climatique exceptionnel pourront ainsi être indemnisés. Le montant des dégâts est estimé à 8 millions d’euros.

Une décision incompréhensible "

 Si la Chambre d’agriculture se félicite, pour son président, il s’agit d’une demi-victoire. 21 des 24 communes de La Réunion en bénéficieront. Saint-Philippe, Saint-Joseph et Petite-Île ne sont en effet pas concernées. Pour le président de la Chambre d’agriculture, Pour Frédéric Vienne, la décision gouvernementale est " incompréhensible ".

La pluviométrie n’était pas suffisante pour que les agriculteurs de ces 3 communes bénéficient du régime de calamité, pourtant les pertes ont également été très importantes dans ce secteur, selon le président de la chambre verte. Frédéric Vienne souligne que la sécheresse n’est pas terminée. Le Sud manque encore d’eau.

Une déception partagée par les syndicats agricoles

Ce vendredi 26 mars au matin, les représentants des syndicats agricoles ont manifesté leur mécontentement face à ce qu’ils perçoivent comme une injustice pour les exploitants des 3 communes qui ne bénéficient pas du régime de calamité agricole.

Pour Alix Mardé, le président de la FDSEA, la sécheresse a touché toute l’île. A Petite-Ile, on a compté 40% de perte dans le secteur de la canne, selon lui. Pour le président de la CGPER, Jean-Michel Moutama, les outils de mesure de la pluviométrie ne sont pas toujours installés aux bons endroits. La pluviométrie ne devrait, selon les représentants des syndicats, pas être le seul indicateur à être pris en compte.

Reportage de Réunion la 1ère.

Sécheresse : le régime de Calamité agricole pour 21 des 24 communes de l'île, sentiment mitigé pour les syndicats du secteur ©Réunion la 1ère

Une nouvelle demande va donc être faite auprès du ministère des Outre-mer pour que ces communes bénéficient du régime de calamité agricole. Le président de la Chambre d’agriculture explique qu’il existe également des dispositifs locaux, notamment auprès du Département. Frédéric Vienne veut que les données météorologiques soient redéfinies sur ce secteur.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live