Sécheresse à La Réunion : restrictions et coupures d’eau dans plusieurs communes

Face à la sécheresse, les Réunionnais sont invités à restreindre leur consommation en eau
Le mois d’octobre 2022 est le plus sec depuis 51 ans à La Réunion. Des communes mettent en place des restrictions, des coupures d’eau ont lieu la nuit, et les autorités appellent les Réunionnais à réduire leur consommation d’eau.

Les quelques gouttes de pluie observées ici et là ces dernières semaines sont loin d’être suffisantes. La Réunion subit une sécheresse sévère ces dernières semaines.

Selon Météo France, le mois d’octobre 2022 est le plus sec jamais observé depuis 51 ans à La Réunion.

Des coupures nocturnes

Ces derniers jours, des coupures d’eau ont lieu dans plusieurs communes de l’Est et du Nord durant la nuit. Des quartiers de Saint-André ou encore Salazie sont concernés par ces coupures. A Saint-André, elles s’effectuent de 18h à 5h, et à Salazie de 21h à 5h.

Dès que le débit des ressources est suffisant, la CISE rétablit l’accès à l’eau courante durant la nuit. Des coupure et baisses de pression sur le réseau peuvent toutefois être constatées tout au long de la journée.

La Cirest annonce aussi des coupures d’eau nocturne cette nuit de 22h à 5h à la Plaine des Palmistes.

Des restrictions dans les communes

Des mesures de restriction des usages de l’eau ont aussi été prises par des communes du Nord et de l’Est. A Saint-André, Bras-Panon, La Plaine des Palmistes, Salazie et Sainte-Marie, il est demandé aux habitants de restreindre leur utilisation de l’eau.

L’objectif est que tout le monde puisse ainsi avoir de l'eau pour les usages essentiels. Fini donc les lavages de voiture, de cour ou encore l’arrosage.

De son côté, la préfecture de La Réunion, appelle les Réunionnais à réduire leur consommation d’eau.

Toujours pas de pluie attendue

Le Comité sécheresse s’est réuni le 23 novembre dernier. La saison sèche qui s’étend des mois de mai à novembre affiche un bilan très déficitaire pour l’année 2022, particulièrement pour les zones Sud-Ouest, Nord-Ouest, et plus localement dans les hauts du territoire. 

Les prévisions météorologiques sont peu favorables en termes de précipitations jusqu’à mi-décembre, et les consommations liée à l’augmentation des températures risquent d’augmenter.

Face à cette situation, la préfecture a prévenu qu’il était "possible qu’il y ait une accentuation des perturbations dans la distribution d'eau jusqu’à la jonction avec la saison des pluies pour les secteurs des hauts non-interconnectés et dépendants de ressources superficielles d'altitude".