Sécheresse : le préfet prend des mesures de restriction de l’usage de l’eau dans dix communes

sécheresse
Sécheresse cascade niagara à sec Sainte-Suzanne 211120
La cascade Niagara de Sainte-Suzanne est à sec. ©Delphine Gérard
A compter du mardi 24 novembre, et en raison de la sécheresse, dix communes vont faire l’objet de mesures de restriction de l’usage de l’eau, annonce la préfecture. Le service de distribution d’eau est déjà perturbé dans plusieurs communes de l’île.
Le comité sécheresse s’est réuni ce vendredi 20 novembre et la situation est critique. Le bilan cumulé de la saison des pluies 2019/2020 et de la saison sèche en cours est déficitaire dans le Sud-Ouest et le littoral Sud et exceptionnellement déficitaire dans les hauts du Sud-Ouest, l’Ouest, le Nord, l'Est et les hauts du Nord-Est.

La saison sèche actuelle, de mai à octobre, est même classée au second rang des saisons les plus déficitaires enregistrées par Météo-France depuis 49 ans. Les prévisions météorologiques pour les prochaines semaines ne sont par ailleurs pas favorables.
 

Une situation déficitaire

L’absence de pluies affecte les cours d’eau de l’Est et du Nord qui ont vu leur débit chuter à des niveaux exceptionnellement bas. Le niveau de la ressource souterraine est en baisse sur tout le territoire et particulièrement dans l’Est et le Nord.

Le service de distribution d’eau est ainsi perturbé dans plusieurs communes. Les effets de cette situation déficitaire sont particulièrement marqués  à Sainte-Marie, à Saint-André, à la Plaine des Palmistes et à Salazie.
En l’absence de précipitations, les communes de Saint-Leu, des Avirons et de Cilaos pourraient être concernés par des perturbations ou des plans de coupure.

Mais la situation est telle que le préfet a décidé, après avis du comité sécheresse, de prendre des mesures de restriction de l’usage de l’eau dans dix communes, à compter du mardi 24 novembre : La Possession,  Saint-Leu, Cilaos, Les Avirons, Bras-Panon, Saint-André, la Plaine des Palmistes, Sainte-Marie, Salazie, Saint-Denis.

Reportage de Réunion la 1ère.
Pénurie d’eau : des restrictions à partir de mardi ©Réunion la 1ère
 

Interdiction de laver sa voiture ou d'arroser son jardin

Les prévisions météorologiques pour les prochaines semaines ne sont en effet pas favorables en termes de précipitations. Alors que la consommation d’eau va, elle, aller crescendo, avec à l’augmentation progressive des températures en cette fin d’année.

A compter du mardi 24 novembre, il ne sera ainsi plus autorisé de laver les véhicules (hors station professionnelle), et autres engins, bateaux, bâtiments et voiries, sauf en cas d’impératif sanitaire. Interdiction également d’arroser les espaces verts publics et privés, à l’exception des jardins potagers. Les golfs et les espaces sportifs sont également soumis à une restriction d’usages.

La préfecture indique également qu’il est interdit de remplir et de maintenir le niveau des plans d’eau de loisirs et des piscines privées, sauf pour les établissements touristiques. Le lavage des cours et des voiries à grandes eaux est également proscrit.
 

Quelles précautions après une coupure d'eau ?

D'un point de vue sanitaire, lorsque l'eau revient au robinet après une coupure d'eau, il est recommandé de prendre des précautions. En effet, les coupures d’eau peuvent engendrer une dégradation de la qualité de l’eau, via notamment la présence de matières en suspension ou une perte de limpidité de l’eau. Aussi, il est recommandé aux personnes, qui ont eu à subir des coupures d’eau de consommer de l’eau embouteillée ou à défaut, de faire bouillir l’eau du robinet et la maintenir à ébullition au moins trois minutes.

L’eau du robinet peut toutefois être utilisée pour tous les autres usages sanitaires (toilette, wc, lavage…). Pour pallier les difficultés de distribution en eau, certains quartiers ont été équipés de citernes. Il s’agit de solution d’urgence et en l’absence de maîtrise de la distribution, cette eau n’est pas potable. Il est donc impératif de ne pas l’utiliser pour des usages alimentaires.

Suite aux coupures et perturbations sur les réseaux d’eau, l’ARS de La Réunion a renforcé son programme d’analyses de la qualité de l’eau distribuée à la population des secteurs concernés.
 

La filière agricole mobilisée

Les autorités indiquent que la situation sera étroitement suivie pour s'assurer des conditions d’approvisionnement en eau pour la gestion du risque incendie. La gestion des prélèvements d'eau dans le milieu naturel fera aussi l'objet d'un suivi particulier pour garantir la protection des milieux aquatiques et notamment le maintien des débits réservés et les continuités écologiques.

L’ensemble des acteurs de la filière agricole est également mobilisé pour limiter les conséquences de la sécheresse sur l'alimentation en eau des élevages et le fourrage. Un groupe de travail va être mis en place entre la Direction de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) et les partenaires, notamment la Chambre d’agriculture, afin de pouvoir anticiper le calcul des pertes potentielles de cultures sinistrées par la sécheresse.

Le Conseil départemental a reconduit des mesures de soutien aux élevages mises en place en 2019 notamment le transport d'eau. Un nouveau dispositif, sans nécessité d’avance de fonds du bénéficiaire, a été mis en place par le Département  pour la fourniture de citernes et la réhabilitation de retenues collinaires.

Le comité sécheresse se réunira à nouveau sous un mois. Selon l’évolution de la situation, le préfet sera amené à renforcer ou à atténuer les mesures adoptées. Dans cette période de sécheresse, tous les Réunionnais sont appelés à adopter un comportement responsable et citoyen en matière de consommation d’eau.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live