Seychelles : 500 millions de barils de pétrole dans les fonds sous-marins

énergie
Carte du premier bloc de pétrole aux Seychelles 23 juin 2022
Carte de la zone d'étude du bloc Junon dans les eaux des Seychelles ©Capture d'écran newseychellesagency (PetroSeychelles)
Le gouvernement des Seychelles va autoriser une société kényane à explorer les fonds marins à la recherche de pétrole. On estime qu'une zone située à 115 km au Sud-Est de l'île de Mahé renfermerait 500 millions de barils. Cette ressource, est-elle exploitable sans détériorer l'environnement ?

L'entreprise Adamantine Energy Ltd, dont le siège est installé à Nairobi, au Kenya va d'obtenir un accord, pour explorer les fonds marins des Seychelles à la recherche d'éventuelles zones pétrolières exploitables. 

Cette prospection a immédiatement fait réagir les opposants et les associations seychelloises de défense de l'environnement. Lors d'une conférence de presse, ce lundi 20 juin 2022, le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, s'est voulu rassurant et transparent. 

Il a précisé, note Seychelles News Agency : "Le pays n'encourage, pour le moment, que l'exploration pétrolière. La protection de l'environnement et de l'océan reste essentielle pour la nation insulaire."

Les zones sanctuarisées ne seront pas explorées

Le ministre de la Pêche et de l'Économie bleue, Jean-François Ferrari, qui est chargé de finaliser et de parapher les conditions dans lesquelles s'effectueront les recherches au sein de la Zone Économique Exclusive seychelloise a souligné : "Cela nous donnera une deuxième option, ou si les grandes nations ne nous aident pas à trouver, et à mettre en œuvre, des solutions d'énergies vertes, comme elles l'ont promis lors de grandes conférences internationales, alors nous n'aurons pas d'autre choix que de forer pour le pétrole".

30% de la ZEE ont été classés zone maritime protégée. Ces sanctuaires sont définitivement exclus de l'exploration et d'une future exploitation. Le représentant du gouvernement a insisté sur les conditions éventuelles d'une extraction pétrolière. Elle ne pourrait pas s'installer à proximité des îles. La manne possible de cette ressource ne doit pas impacter l'économie bleue et touristique. 

500 millions de barils

Cette prospection n'est pas due au hasard. Depuis des décennies les compagnies pétrolières s'intéressent à l'océan Indien. Une première source, dont le potentiel est estimé à 500 millions de barils, a été cartographiée. Elles est située à 115 km au Sud-Est de l'île de Mahé. 

Cette étude mettra un terme aux supputations et rumeurs sur l'or noir qui se cacherait dans les fonds seychellois. L'île Maurice est intéressée par cette ressource financière : "En cas d’exploration pétrolière, positive, cet accord prévoit un partage équitable des revenus entre les deux États insulaires", écrit le site afrimag.net.