Seychelles : les mineurs de 12 à 17 ans bientôt vaccinés

santé
Livraison de Pfizer aux Seychelles septembre 2021
©Wikimedia
Les Seychelles poursuivent la stratégie vaccinale engagée dès la fin du mois de janvier 2021. Dimanche, 31 000 doses du vaccin Pfizer arrivent. Elles sont destinées aux mineurs, âgés de 12 à 17 ans. Les parents et tuteurs devront donner leur accord pour que l'enfant reçoivent deux doses.

Les Seychelles sont déterminées à atteindre l'immunité collective vaccinale pour éradiquer la Covid-19 de l'archipel. Le 21 janvier 2021, le petit pays africain s'est lancé dans une vaste campagne de vaccination. Dimanche, 31 000 doses de Pfizer seront livrées par l'Organisation Mondiale de la Santé dans le cadre du programme Covax. Elles sont réservées aux mineurs de 12 à 17 ans. Ils seraient 7 000 candidats pour deux doses. Les parents devront donner leur accord en signant un formulaire de consentement. Les deux doses seront injectées avec un intervalle de trois semaines, précise Seychelles News Agency.

Le ministère de la Santé travaille en collaboration avec le ministère de l'Education. Les "vaccinodromes" seront installés dans les écoles secondaires et post-secondaires. Le surplus de doses sera réservé à un groupe de Seychellois prioritaires qui présentaient des contre-indications aux précédents produits proposés.  

Cent Seychellois de 10 à 20 ans testés positifs

 

Le Dr Sanjeev Pugazhendhi, analyste principal des politiques au ministère de la Santé, justifie cette démarche : "Au moment où nous parlons, il y a environ 100 personnes entre 10 et 20 ans qui sont des cas actifs. Cela signifie qu'il y a plus de personnes qui ont été exposées à ces 100 cas et, en tant que telles, sont également en quarantaine et manquent l'école. Cela met la pression sur les parents et ils doivent quitter leur travail pour rester avec leurs enfants lorsqu'ils sont infectés".

Début septembre 2021, l'archipel des Seychelles est l'un des pays au monde, dont le pourcentage de vaccinés est l'un des plus élevés. Pourtant, malgré la bonne volonté de l'exécutif, les résultats ne sont pas encore au rendez-vous. 

Cette extension de la lutte contre le virus, en vaccinant les adolescents, permettra peut-être de limiter sa circulation. Les mineurs peuvent être asymptomatiques et donc ramener la Covid à leur domicile et infecter leurs proches. Seul l'avenir répondra aux interrogations.