Squale signalé prés du spot du cimetière de Saint-Leu

requins
Le dispositif de pêche post observation requin est activé.
Le dispositif de pêche post-observation requin est activé. ©Imaz Press

Durant l’hiver austral, les attaques de requins présentent un risque certain. Les observations de squales sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses autour de l’île. Pas plus tard que ce vendredi, un spécimen de 2,5 à 3 m a été observé prés du petit spot du cimetière à Saint-Leu.

C’est un moniteur de plongée qui a donné l’alerte. En sortie sur le site des Arches, près de la petite droite du cimetière, un squale de prés de 2,5 m a été aperçu, filant vers le large. Le professionnel a suivi la procédure, il a alerté le CROSS, les surfeurs sont sortis de l’eau par précaution.

Il y a deux jours, c'est un jeune requin marteau qui a fait l'objet d'un signalement, cette fois à proximité du spot de la gauche.

Un pratiquant de wingfoil a vu le squale se diriger vers lui avant de plonger. Le 13 juin dernier, deux observations ont été faites du côté de la vague de Trois Bassins. La météo était bonne mais l'eau sale, les surfeurs ont quitté le spot.

Surfeurs
©Réunion 1ère

Le CRA, Centre de Sécurité Requin appelle les baigneurs et autres pratiquants d'activités nautiques à la vigilance depuis plusieurs semaines. L'intersaison et l'entrée dans l'hiver austral signent le retour des squales aux abords des côtes. Pour rappel dit-il sur son site Facebook, "La Zonex saint-Leu et le dispositif Vigie requin renforcée offrent aux usagers des zones de sécurisation collectives".

Onze attaques mortelles sur l'île

Depuis 2011, 27 attaques de requins, dont 11 mortelles se sont produites sur l’île. Les dernières remontent à 2019 à Saint-Leu et Sainte-Rose.

Depuis 2020, une application smartphone nommée «Dorsal», permet à toute personne de signaler la présence de squales, bouledogue, tigre ou autre, directement depuis son smartphone.

Suite au signalement, et si l'observation est confirmée, le dispositif de pêche est déployé sur zone pendant 72h.