Sri Lanka : les persécutions dénoncées par les migrants sont-elles réelles ? [3/5]

la réunion
Moines sri-lankais
©Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
Suite de notre série de reportages, sur le Sri Lanka, entamée ce lundi. Réunion la 1ère s'est rendue sur place pour tenter de voir quelles raisons poussent les sri-lankais à quitter illégalement leur pays. Si les raisons économiques sont mises en avant, tous évoquent les persécutions religieuses.
Parmi les migrants sri-lankais qui arrivent à la Réunion depuis l'an dernier, certains évoquent des violences inter-religieuses dans leur pays. Ils sont chrétiens, hindous ou musulmans et au Sri Lanka, ils ne représentent que 15 % de la population. Le Sri Lanka est un pays bouddhiste.
 

Négombo, ville chrétienne

Vierge de la ville de Négombo
©Antoine
C'est de Négombo que la plupart des bateaux partent pour rejoindre La Réunion. La ville fait office d'exception au Sri Lanka puisque c'est la seule du pays où les habitants sont majoritairement chrétiens alors que 3/4 de la population est bouddhiste. Dans cette bourgade de 150 000 habitants, située à une trentaine de kilomètres de Colombo, les églises sont plus nombreuses que les temples et l'ambiance semble sereine. Sanas, un pêcheur de Négombo confirme : "Il n'y a pas de problème ici, les pratiquants des 4 religions s'entendent bien. Dans le pays par contre, il y a déjà eu des problèmes entre bouddhistes et musulmans mais rien de plus."
 

Persécutions religieuses

Mosquée de mars 2019
©Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
Si à Négombo tout semble bien se passer, ce n'est pas le cas dans d'autres endroits de l'île où des églises, des temples et des mosquées sont brûlées et des familles menacées ou tuées. Le dernier exemple date de février. Un pasteur a été menacé par des moines bouddhistes qui ont interrompu le culte dominical et lui ont interdit toute activité chrétienne sous peine de représailles.
En juin 2017, l'avocat Lakshan Dias a dû fuir son pays près d'un an après avoir dénoncé à la télévision la montée de l’intolérance religieuse au Sri Lanka : "Il y a toujours des persécutions. Cela arrive dans les écarts et en périphérie... Et même en ville ! En fait, cela dépend de la communauté majoritaire de la région. Si vous vivez dans un coin dominé par une autre communauté que la vôtre, vous êtes susceptible d'être persécuté. Les violences ici ne sont pas complètement éradiquées, mais il y en a moins."
 

Moins de persécutions religieuses

Pierre Nguyen Van Tot, le nonce apolistique au Sri Lanka ambassadeur du Vatican
©Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
Depuis 2015, le nouveau gouvernement tente la réconciliation nationale. De fait, les persécutions ont diminué. Selon l'Alliance Évangélique, il y a eu 44 incidents contre des musulmans en 2015/2016 et 125 contre les chrétiens pour la même période. Pourtant, du côté de l'Église sri lankaise, le discours n'est pas le même. "Officiellement, je ne vois aucune persécution", déclare l'archevêque Pierre Nguyen Van Tot, le nonce apolistique au Sri Lanka et ambassadeur du Vatican.
 

Persécutions politiques

Temple de Colombo
©Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
En plus des violences inter-religieuses, il existe encore des violences politiques au Sri Lanka. Des familles tamoules sont également menacées ou torturées à cause de leur lien présumé avec les Tigres Tamouls. Pourtant la guerre civile qui les a opposé au gouvernement dominé par les Cingalais bouddhistes est terminée depuis maintenant 10 ans.
Toute la semaine, retrouvez notre série de reportages sur Réunion la 1ère Radio, Télé et Internet. Demain, jeudi 14 mars, nous vous présenterons Sudarshana Perera. Son bateau de pêche a été volé et a servi à emmener 70 personnes sur notre île en février dernier. Depuis, il est depuis bloqué au port de La Réunion.

Le reportage au Sri-Lanka de nos envoyés spéciaux Antoine Garnier et Géraldine Blandin: 
©reunion


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live