Des membres du QG des Zazalés expulsés d’un terrain agricole au Tampon

société
Des membres du QG des Zazalés expulsés
Des membres du QG des Zazalés expulsés ©Patrick Smith
Ce mercredi 5 octobre, les forces de l’ordre ont procédé à l’expulsion de membres du QG des Zazalés sur un terrain agricole au Tampon. Les constructions en bois sous tôle, ont été détruites.

Depuis 8h ce mercredi 5 octobre, un tractopelle est en action sur le chemin de la Pointe au Tampon. Sous la surveillance de policiers de Saint-Pierre, il a détruit huit cases en bois sous tôle sur un terrain agricole. Un poulailler a été déplacé, ainsi que six couchages.

Le reportage de Réunion La 1ère :

Au Tampon, les policiers ont évacué un terrain occupé depuis trois ans par les Zazalés, les anciens gilets jaunes. Reportage

Un terrain agricole occupé depuis 2019

Ce matin, les constructions ont été détruites suite à une décision du tribunal de Saint-Pierre datant du 15 juillet dernier. La raison ? Le terrain agricole est occupé illégalement puisqu’il appartient à un agriculteur tamponnais. Le propriétaire avait en effet fait valoir ses droits auprès de la justice après avoir acheté le terrain en début d'année.

Les forces de l'ordre sont ainsi venues expulser des membres du QG des Zazalés de ce terrain qu'ils occupent depuis 2019. La parcelle située en bord de ravine leur sert de potager.

L’expulsion aura pris un certain délai avant d’être effective ; d’où l’incompréhension du collectif. "Na 3 ans nou lé là. Nou t plante ici. Na des espèces endémiques... Nous détruit pas rien. Na pié d’bwa, na marmay i vient là et nou fé des ateliers pou monte a zot koman i plante" témoigne Jean, un des membres installé sur ce terrain.

"On a vu aucun acte de propriété"

Devant le barrage dressé par les policiers, les membres du QG des Zazalés fustigent cette expulsion forcée. "Ce jardin produit des aliments qui sont distribués aux personnes dans le besoin. C’est un jardin partage", argumente un des membres. "On est en colère car Jean a passé plus de trois ans à nettoyer et remettre en place un terrain qui était une friche. (…) On a vu aucun acte de propriété et c’est ce qu’on demande depuis des mois" ajoute une autre.  

Les membres du QG des Zazalés qui n’occupaient pas ce terrain, restent installés sur le rond-point à l’entrée du Tampon.