Tentative d'assassinat sur Morgane : l'un des trois mineurs interpellés est impliqué dans les coups portés

faits divers
Le tribunal de Saint-Pierre.
©Imaz Press
Dans le sud de l'île, un des trois mineurs interpellés est soupçonné de tentative d'assassinat sur Morgane, la jeune fille de 14 ans, retrouvée blessée lundi, après deux jours de disparition. Les deux autres sont aussi impliqués. Que risquent les suspects ?

Ce mercredi 20 avril, trois adolescents de 14 et 15 ans ont été présentés à un juge dans l'après-midi, à l'issue de leur garde à vue au commissariat de Saint-Pierre. Un des trois mineurs interpellés est soupçonné de tentative d'assassinat sur Morgane.

La jeune fille de 14 ans a été retrouvée lundi soir à Saint-Pierre, dans les hauts de Terre Sainte, deux jours après sa disparition. Son pronostic vital n'est plus engagé mais elle présente toujours des blessures importantes à la tête.

Tentative d'assassinat

Le parquet a saisi la juge d'instruction pour les faits de tentative d'assassinat, c'est à dire meurtre avec préméditation, un crime puni de la réclusion à perpétuité. Ce soir, la procureur de Saint-Pierre, Caroline Calbo explique que "seul un des trois mineurs est impliqué dans les coups violents portés à la tête de la victime".

"La complicité est envisagée pour les deux autres, ajoute-t-elle. A défaut, ces deux mineurs pourraient également être mis en examen pour non assistance à personne en danger, un délit pour lequel cinq ans d'emprisonnement sont encourus)".

Détention provisoire requise

La détention provisoire est requise pour les trois mineurs. "Au regard de leur jeune âge, les débats devraient se dérouler à huis clos et à une heure très tardive", ajoute la procureur.

Une garde à vue adaptée

Les adolescents étaient en garde à vue, deux depuis lundi soir et le dernier depuis hier, "car les faits sont extrêmement graves", explique Maître Julie Daguenet, avocate au cabinet de Georges-André Hoarau.

Pour les mineurs, la garde à vue ne se déroule pas de la même manière que pour les adultes. "La présence de l'avocat est obligatoire, complète Maître Daguenet. Les parents sont prévenus et peuvent assister à la garde à vue."

L'excuse de minorité

"Ce n'est pas parce qu'on est mineur qu'on ne peut pas être pénalement responsable", poursuit Maître Daguenet. "En droit pénal, la tentative de meurtre est punie autant que le crime, complète l'avocate. On a également deux circonstances aggravantes ici : la victime a moins de 15 ans et les faits sont commis en réunion. Ils encourent donc la perpétuité. Mais ils bénéficieront de ce qu’on appelle l’excuse de minorité : comme ils ont moins de 16 ans, leur peine va être diminuée au moins au maximum à 20 ans encourus."

Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

 Où seront-ils placés ?

Si la peine est prononcée, les mineurs seront placés en centres de détention dans des quartiers spécialement pour les mineurs. Il n'y a pas de mélange mineur/majeur. Il y a également une Cour spéciale pour les mineurs à huis clos.