Un nouveau gouvernement "féminisé", "jetable" et "qui n’a rien d’écologiste", les réactions à La Réunion

gouvernement
Élisabeth Borne
La Première ministre Élisabeth Borne lors de la passation de pouvoir à Matignon le 16 mai 2022. ©LUDOVIC MARIN / POOL
Après l’annonce des noms des nouveaux ministres du gouvernement d’Elisabeth Borne et la nomination de la nouvelle ministre des Outre-mer, la classe politique réunionnaise réagit.

La composition du nouveau gouvernement a été annoncée hier, vendredi 20 mai, en fin d’après-midi. A l’Outremer, une femme a été nommée. Il s’agit de l’avocate Yaël Braun-Pivet, députée des Yvelines et présidente de la commission des Lois de l’Assemblée nationale depuis 2017.  

Elle succède à Sébastien Lecornu, qui après avoir passé un peu moins de deux ans au ministère des Outre-mer, se voit nommé au ministère des Armées.  

Au total, le gouvernement d’Elisabeth Borne est composé de 27 ministres, dont 14 hommes et 13 femmes. Certains ministres ont été confirmés dans leur fonction, d’autres ont pris du galon et 13 sont de nouveaux entrants.  

Outre la nomination de la nouvelle ministre des Outre-mer, la classe politique locale a réagi après l’annonce de ce nouveau gouvernement.

Un " gouvernement très féminisé " pour Bachil Valy

Bachil Valy, référent de renaissance à La Réunion, et candidat aux élections législatives dans la 3ème circonscription, note qu’il salue un gouvernement "très féminisé", citant la célèbre chanson de Jean Ferrat "La femme est l’avenir de l’homme".  

Il y a autour des ministres qui ont fait leurs preuves dans différents ministères qu’ils occupaient, redistribués dans les autres ministères ", évoquant les ministres reconduits. Bachil Valy parle ainsi d’une équipe "mixte" qui traduit un "certain renouvellement", dont il y a besoin selon lui.    

Une continuité dans la politique macroniste pour Nathalie Bassire

La députée sortante et candidate aux élections législatives dans la 3ème circonscription de La Réunion, Nathalie Bassire, constate que " plus de la moitié du nouveau gouvernement de l'ère Macron II est composée de membre de la précédente équipe ".

" A ces piliers de la Macronie, s'ajoutent des fidèles de la 1ère heure d'Emmanuel Macron ", poursuit-elle en citant la nouvelle ministre des Outre-mer, Yaël Braun-Pivet. Nathalie Bassire souligne que cette dernière n'est pas ultra-marine, ce qui selon elle " confirme le dédain persistant du Chef de l'Etat pour nos territoires d'Outre-Mer qui ont massivement voté contre lui aux élections présidentielles ". 

Je dénonce la politique de continuité de casse sociale et de matraquage fiscal, ainsi que d’inaction climatique qui s’annonce inéluctablement.

Nathalie Bassire, candidate sur la 3ème circonscription de La Réunion

Un " gouvernement jetable " pour Jean-Hugues Ratenon

De toute façon, pour moi, c’est un gouvernement jetable, puisque nous avons l’intention, et les Français et Françaises vont nous donner une majorité lors des élections législatives pour imposer une cohabitation au président Macron " a déclaré Jean-Hugues Ratenon, candidat Nupes aux élections législatives dans la 5ème circonscription de La Réunion.  

Le député sortant estime que le gouvernement actuel " est là pour appliquer le programme de Macron ", un programme auquel son camp est opposé. Il conclut en insistant sur le fait qu’il s’agit selon lui d’un gouvernement " très très provisoire " dans l’attente des résultats des élections législatives.    

Un gouvernement qui " n’a rien d’écologiste " pour Vincent Defaud

Malgré les déclarations présidentielles, le nouveau gouvernement n’a rien d’écologiste ", regrette Vincent Defaud, membre du Conseil Exécutif de Génération Ecologie, chargé des Outre-mer et candidat du Pôle Ecologiste aux élections législatives sur la 2ème circonscription de La Réunion.   

Vincent Defaud adresse ses " félicitations les plus républicaines " à la nouvelle ministre des Outre-mer, lui rappelant tout de même que " les Outre-mer français sont en situation d’urgence écologique ". Il cite un rapport rendu public le 5 mai dernier par l’INRAE et l’IFREMER qui " confirme que l’environnement est bien contaminé par les pesticides en Outre-Mer ".  

L’objectif affiché de l’exécutif d’atteindre la souveraineté alimentaire pour nos territoires ultra marins ne peut se concevoir que dans le cadre d’une alimentation saine dans un environnement sain ", écrit-il dans un communiqué. Et d’ajouter : " il est temps de sortir les filières agricoles de l’influence des lobbys de l’agrochimie ".