Une nouvelle antenne de lutte contre les trafics de stupéfiants s’implante à La Réunion

trafic de drogue
Les drogues dures arrivent le plus souvent dans l’île via des mules, mais aussi de plus en plus par colis postaux.
Les drogues dures arrivent le plus souvent dans l’île via des mules, mais aussi de plus en plus par colis postaux. ©Imaz Press
Une antenne de l’Office anti-stupéfiants (OFAST) s’implante à La Réunion. Regroupant gendarmes, policiers et douaniers, elle doit permettre de lutter contre les trafics en stupéfiants en plein essor dans l’île.
Dans le cadre du plan national annoncé par le ministre de l’Intérieur, en février dernier, une antenne de l’OFAST, l’Office anti-stupéfiants s’est installée à La Réunion, dans les locaux de la caserne La Redoute, ce mardi 15 septembre. Au total, seize antennes sont installées sur le territoire français.

A La Réunion, elle va rassembler des gendarmes, des policiers et des douaniers. Son action couvrira toute la zone de l’Océan Indien et des Terres Australes.
 

Collaboration des services

Ce nouvel organe est créé pour changer de méthode de travail. Désormais, l’Etat vise une collaboration entre tous les services de lutte anti-drogue. Police, gendarmerie, douanes et magistrats travailleront main dans la main pour agir sur les trafics nationaux et internationaux.
 

Des trafics de stupéfiants en hausse dans l’île

Dans l’île, les trafics sont toujours en hausse, et notamment ceux des drogues de synthèses, comme l’extasie ou le MDMA. Les saisies de ces drogues dures ont été multipliées par quinze entre 2016 et 2019.

Les drogues dures arrivent le plus souvent dans l’île via des mules, mais aussi de plus en plus par colis postaux. En cause, le développement du trafic en ligne, via le darkweb notamment. Selon la préfecture, la lutte contre le trafic de drogues dures entre La Réunion et l’île Maurice est aussi au cœur des préoccupations. Par ailleurs, en 2019, 150 kilos de cannabis ont été saisis en provenance de l’Hexagone.

"Mener l’enquête sur la totalité de la chaîne, de l’international jusqu’à la cage d’escalier" : c’est l’objectif annoncé par l’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lors du lancement en février dernier, de ce nouvel OFAST.