Une nouvelle souche du Covid-19 plus contagieuse en Afrique du Sud, La Réunion prend des mesures

coronavirus
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration).
Réalisation d'un test de dépistage au coronavirus (photo d'illustration). ©Imaz Press

Après le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud annonce l’émergence d’une nouvelle souche du coronavirus sur son territoire. La préfecture de La Réunion annonce, ce jeudi 24 décembre, de nouvelles mesures pour les liaisons aériennes et les arrivées de navires en provenance d'Afrique du Sud.

Après le Royaume-Unis, c’est en Afrique du Sud qu’une nouvelle souche de Covid-19 vient d’être identifiée. Cette nouvelle variante de coronavirus semble se transmettre plus rapidement que les souches plus anciennes, selon des chercheurs.

Maintien de la suspension des liaisons aériennes

Suite à cette annonce, la préfecture de La Réunion et l’Agence Régionale de Santé ont décidé, ce jeudi 24 décembre, de prendre plusieurs mesures. La suspension de toutes liaisons aériennes entre l’Afrique du Sud et La Réunion est maintenue.

Test PCR au Port

Du côté du Port, les arrivées de navires en provenance d’Afrique du Sud seront surveillées de près. Pour pouvoir débarquer, les passagers seront obligés de réaliser un test RT-PCR avec résultat négatif. De plus, l’ensemble des personnels de navigation devront aussi se soumettre à un test RT-PCR avec résultat négatif, avant toute intervention à bord des personnels portuaires en charge des opérations de chargement et déchargement.

En cas de résultat positif, le confinement à bord sera mis en œuvre. La préfecture de La Réunion précise que ces mesures seront revues autant que nécessaire sur instruction des autorités sanitaires nationales, saisies de cette alerte également traitée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’Afrique du Sud plus touché

L’Afrique du Sud est le pays de ce continent le plus touché par le coronavirus avec 950 000 personnes testées positives et 25.657 morts.

"Nous pensons, et tous les éléments vont dans ce sens, que ce variant est davantage transmissible", a affirmé mercredi à l'AFP Tulio de Oliveira, directeur de l'institut de recherche KRISP, adossé à l'université du Kwazulu-Natal.