La campagne est lancée

politique
L'assemblée Nationale
L'assemblée Nationale ©CC - Pol
Deux-cent soixante et un candidats d’Outre-mer sont dans la dernière ligne droite de la bataille pour obtenir une des 27 circonscriptions ultramarines.
C’est parti ce lundi. Les dépôts de candidatures étant clos depuis ce vendredi 18 heures, place désormais à la campagne. Dans l’Hexagone et Outre-mer, ils sont 6 540 candidats à se lancer dans la course, dans l’espoir d’obtenir un des 577 sièges de l’Assemblée.

Outre-mer, 26 sièges sont à pouvoir. Et pas moins de 261 candidats sont en lice. Ainsi à Mayotte, ils 29 à entrer en course pour seulement 2 circonscriptions. En Martinique, 45 candidats entrent ce lundi en campagne officielle dans l’espoir d’obtenir un des 4 sièges à l’Assemblée. A la Réunion, deux nouvelles circonscriptions ont vu le jour, le nombre de sièges est donc passé de 5 à 7. Et les candidats sont au nombre de 70. En Polynésie, on a vu encore plus large avec 3 circonscriptions mais pas moins de 45 candidats.

Parité non respectée

Dans les rangs du gouvernement, la parité est désormais parfaite. A l’Assemblée, c’est loin c’est loin d’être le cas. Elles sont actuellement 107 élues à siéger au palais Bourbon, soit 18,5% des députés. Pour ces nouvelles élections, on compte 2 641 femmes candidates, soit 40%.

La loi impose pourtant la parité, avec un écart toléré de 2%. Mais de nombreux partis préfèrent être sanctionnés, ou encore contournent le règlement en présentant des femmes dans des circonscriptions considérées comme perdues d’avance.

Outre-mer, seulement 64 femmes sont candidates. Ce qui représente tout juste 24,5% des candidats ultramarins.

Ministres candidats

Deux députés sortants d’Outre-mer sont aujourd’hui membres du gouvernement Ayrault. Ainsi Victorin Lurel, candidat dans la 4e circonscription, président de la Région Guadeloupe et ministres des Outre-mer défendra son siège face, entre autres, à son prédécesseur rue Oudinot Marie-Luce Penchard. Son maintien au gouvernement nécessite pour le socialiste une victoire aux législatives. Bien qu’il soit donné largement favori, une alliance entre les deux candidats de droite dès le 1er tour pourrait lui être fatale.

En Guyane, Christiane Taubira, récemment nommée ministre de la Justice, a choisi quant à elle ne de pas se représenter dans la 1ere circonscription. Après près de 30 ans passés sur les bancs de l’Assemblée, elle a expliqué dans un communiqué vouloir "passer le relai".

George-Paul Langevin, troisième ministre d’origine ultramarine dans le gouvernement Ayrault est également candidate à sa réélection dans la 21e circonscription de Paris.