Coronavirus : le député Stéphane Claireaux plaide pour un contrôle des arrivées à Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus saint-pierre (spm)
Stephane Claireaux
©Assemblée nationale
L'ouverture des territoires ultramarins a fait débat ce mercredi 17 juin à l'Assemblée nationale. Le député Stéphane Claireaux a pris la parole dans l'hémicycle pour soutenir un amendement qui vise à maintenir un dispositif de contrôle après la sortie de l'état d'urgence sanitaire.
Ce mercredi 17 juin, l’Assemblée nationale a voté le projet de loi sur la sortie de l’état d’urgence sanitaire.

Alors que certains députés évoquaient l'aspect liberticide des mesures de contrôle imposées durant la crise, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a déposé un amendement pour maintenir des dispositifs après le 10 juillet prochain. 
 

"Une ouverture progressive, maîtrisée et contrôlée"


Le député de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Claireaux a soutenu cet amendement en expliquant qu'il fallait tenir compte de la fraligilité des territoires qui, selon lui, n'étaient "pas aussi bien equipés pour une riposte sanitaire que l'hexagone".

À lire aussi > L'hôpital de Saint-Pierre s'équipe d'un automate de détection du coronavirus

Après avoir salué la réaction des autorités locales durant la crise de la Covid-19, Stéphane Claireaux a expliqué qu'il était en faveur d'une ouverture du territoire "progressive, maitrisée et controlée". 
 

"Ne pas ruiner tous les efforts consentis par la population et les autorités" - Stéphane Claireaux


S'il évoque une procédure allégée après le 10 juillet, le député insiste sur la nécessité de maintenir un dispositif de contrôle et de tenir compte des inquiétudes émises par la population de l'archipel.

Ce vendredi 19 juin, le comité local de levée du confinement doit se reunir pour évoquer la suite des événements.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live