Covid-19: le centre coville de Saint-Pierre s'organise face à l'augmentation des cas contacts

coronavirus
centre coville
©SPM LA PREMIERE
27 cas actifs à la Covid-19 ce mercredi 24 novembre et des centaines de cas contacts, c'est toute une logistique que les autorités ont mis en oeuvre pour identifier les chaines de contamination et tenter de les enrayer au plus vite.

Le dépistage du virus, l'étape incontournable pour tenter de limiter la propagation du Covid-19. Pour cela, le centre coville à Saint-Pierre a dû s'organiser face à l'augmentation des cas positifs et des cas contacts dans l'archipel.

Ce mercredi matin par exemple, 70 tests de type PCR environ ont été effectués. Des plages horaires ont été étendues. Deux sessions sont proposées.La première à partir de 8 h 15 et concerne les voyageurs en partance pour le Canada, les J+7 et les personnes ayant pris rendez-vous sur doctolib.

À lire aussi :Covid-19 : le port du masque obligatoire étendu aux classes du primaire de Saint-Pierre et Miquelon 

La seconde session, qui a lieu dans la foulée, est destinée aux tests à J+10 c'est-à-dire aux gens déjà testés et qui doivent subir un second contrôle de dépistage. Des créneaux supplémentaires sont donc organisés pour prendre en charge le volume de tests à réaliser au plus vite à l'exemple également des après-midi et des week-end.

De son côté, le laboratoire met aussi les bouchées doubles pour gérer au mieux le flux conséquent pour que "les résultats sortent au plus vite aussi bien pour ceux qui partent que pour ceux qui attendent avec impatience leur résultat" comme le souligne Nicolas Ollivier du centre coville.

À lire aussi : L'IEDOM s'inquiète du vieillissement de la population de Saint-Pierre et Miquelon

Quand au centre coville si sa fonction première est d'effectuer des tests PCR, il a aussi un autre rôle et notamment envers les personnes âgées par exemple, qui n'ont pas souvent la possiblité de recevoir leur résultat par mail. 

On a un travail pédagogique aussi car on explique ce qu'est un cas contact, ce qu'il faut faire et ne pas faire si l'on est cas contact.

Nicolas Ollivier, centre coville de Saint-Pierre

 

Pour réagir au plus vite, une cellule d'identification des cas contacts a également été mise en place récemment. Elle est gérée par l'administration territoriale de santé et la caisse de prévoyance sociale. Si cette cellule appelle les gens concernés, d’autres habitants se signalent d’eux-mêmes.

Linda Saci et Jérome Anger se sont rendus au centre coville ce mercredi matin.

©saintpierreetmiquelon