Des déchets polluants de Saint-Pierre évacués par la Marine nationale

environnement
evacuation dechets rhone marine nationale
©SPM la 1ère
Le bâtiment de la Marine nationale, le Rhône, a accosté pour quatre jours d’escale dans le port de Saint-Pierre. Après une mission au Groenland, il repartira ce samedi 5 septembre en métropole chargé de déchets dangereux.
Après la Garonne l’an dernier, place au Rhône. Le navire de la Marine nationale fait une escale de quatre jours dans le port de Saint-Pierre. Il vient notamment récupérer un conteneur rempli de 5,3 tonnes de déchets polluants. Ce n'est pas la première fois que cette collaboration entre la Marine et la ville de Saint-Pierre fonctionne. 
 

"Une opportunité vraiment bonne à saisir à chaque fois. Cela nous permet d’évacuer un certain nombre de déchets pour lesquels on a du mal à trouver un transport. La Marine nationale joue le jeu et c’est exceptionnel pour nous à Saint-Pierre." - Maïté Legasse, adjointe au maire en charge de la transition écologique 


L'élue à la mairie de Saint-Pierre ajoute : "C’est un énorme soulagement car il faut que ça parte du territoire. Ca va être traité en bonne est due forme par le CHU de Brest ensuite, c’est parfait." Elle fait ici référence aux déchets hospitaliers de l'archipel, traités ensuite en métropole. 

Le reportage de Mathias Raynaud et Agathe Tournoux :
©saintpierremiquelon
 

"Rendre service à l'île"


Pour la Marine nationale, ce genre d'action fait partie de leur rôle. 
 

« Rendre service à l’île, ça permet de maintenir le lien avec Saint-Pierre. C’est dans le cadre de nos missions d’assistance. Cela permet de délester ce matériel impossible à recycler sur place » - Capitaine de corvette Pierre 


Des déchets polluants et dangereux 


Dans le conteneur, des médicaments périmés et des déchets cytotoxiques issus des chimiothérapies, des piles, des batteries ainsi que des cartouches d’encre. À Saint-Pierre, il n’y a pas de filière pour recycler tous ces déchets bien particuliers. Christophe Caignard, chargé de mission gestion durable des déchets, explique : « Là, on est sur des déchets considérés comme dangereux pour la plupart, il est très difficile d’obtenir des permis de transport internationaux ou même de trouver des repreneurs sur le Canada. Avec la marine, on travaille sur un transport de France à France. » Les déchets, chargés sur le Rhône ce mercredi 2 septembre repartiront trois jours après, vers la métropole, pour une nouvelle vie. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live