Des jeunes du hockey mineur s'entraînent pour intégrer en fin d'année le plan national de détection

hockey sur glace saint-pierre (spm)
entrainement U15
©SPM LA PREMIERE
Les futurs espoirs du hockey sur glace font peut-être partie des 22 jeunes âgés de 14 ans convoqués par Patrick Foliot. Ces derniers participent au plan national d'animation et de développement dont l'objectif est de permettre aux sportifs d'avoir la chance d'intégrer le collectif national des U16.

Est-ce que vous avez vraiment atteint vos limites ?

Patrick Foliot, conseiller technique de la ligue de hockey sur glace SPM

 

Une question qui n'est pas anodine car elle leur a sera surement déjà été répétée encore et encore au cours de leur carrière de hockeyeur.

Comme tout adepte de la crosse et du palet, accroc à la discipline qui se respecte, les jeunes de Saint-Pierre et Miquelon qui ont intégré le club du hockey mineur dès le plus jeune âge ont quasiment tous un rêve à la clé, celui de jouer dans un club professionnel. Mais avant d'atteindre le sommet, il faut passer par plusieurs étapes et s'entraîner sans relâche encore et encore. 

À lire aussi : Hockey sur glace : les Cougars s'adjugent la première coupe de la saison

Et en ce moment 22 jeunes du hockey mineur, âgés de 14 ans, participent au plan national d'animation et de développement. Un programme qui s'étale sur dix mois car en octobre 2022 les meilleurs d'entre-eux peuvent espérer une place pour prendre part au plan national de détection 2022-2023 dans l'hexagone.

Ce PND a pour but d'indentifier les 46 meilleurs joueurs inscrits en catégorie U15 qui intégreront le Collectif U16. 

Le programme d'entraînement a débuté en fin de semaine avec des séances sur la glace mais aussi en hors glace, et pour cette méthode de travail, les jeunes hockeyeurs effectuent des tests physiques sur l'endurance appelés " le test navette de Luc Léger ". Celui-ci permet une évaluation de la consommation maximale d'oxygène. Pour cela, les sportifs font des allers-retours sur 20 mètres de distance avec des palliers.

Là on a fait une batterie de tests. Certains les connaissent , d'autres non et notre rôle à nous c'est d'essayer d'amener cette approche, de leur faire connaître et de les développer tranquillement.

Patrick Foliot, conseiller technique de la ligue de hockey sur glace SPM

 

Le but est de dépasser ses limites pour être plus performant sur la glace. Parmi les jeunes protégés de Patrick Foliot, il y a Tiago Urdanabia, joueur U15, pour qui ces exercices permettent "de s'améliorer sur plus de techniques".

À lire aussi : Des entraînements de taekwondo pour fuire les réalités de la crise sanitaire

Lui et ses camarades ont donc le même rêve, celui de passer professionnel. Thibault Claireaux a déjà été repéré par la fédération française de hockey sur glace. Il assiste aussi aux entraînements.

Ca va. Il y en a qui, je pense, peuvent aller loin.

Thibault Claireaux, U16

 

Pour Patrick Foliot " les jeunes ne doivent pas brûler les étapes. Ils doivent faire de belles passes, de bons lancers, qu'ils aient un bon coup de patin, une bonne main et après qu'ils aillent tranquillement". 

À lire aussi : Une nouvelle saison à Saint-Pierre et Miquelon pour l'entraîneur de pelote basque Xabi Mendy

Ces jeunes représentants du hockey mineur de Saint-Pierre et Miquelon ont donc 10 mois pour faire leur preuve et espérer donc séduire les sélectionneurs du plan national de détection mais aussi et surtout du collectif U16.

Samuel Monod et Aldric Lahiton ont assisté aux entraînements.

©saintpierreetmiquelon