Des représentants de l'Inrap découvrent le site des fouilles archéologiques de l'Anse à Henry

histoire
Deux représentants de l'INRAP à la rencontre des élus, des responsables adminsitratifs et des archéologues en charge des fouilles sur le site de l'Anse à Henry
©SPM LA PREMIERE
Le directeur et le président de l'Institut national de recherches archéologiques préventives en visite dans l'archipel. Ils se sont rendus sur le site de l'Anse à Henry pour se rendre compte des fouilles menées par les neuf archéologues présents depuis deux semaines à Saint-Pierre.

Depuis le 29 août dernier, Dominique Garcia président de l'Inrap et Daniel Guérin, son directeur général sont en mission à Saint-Pierre et Miquelon. Ils doivent rencontrer les politiques, les responsables administratifs mais aussi les neuf archéologues français et canadiens présents en ce moment sur le territoire.

À lire aussi : Après un an d’interruption, les fouilles archéologiques ont repris à l’anse à Henry

Pour mémoire l'Inrap a été créé en 2001. Cet institut a pour mission de détecter et d'étudier les vestiges susceptibles d'être détruits, entre autre, lors de travaux liés à l'aménagement du territoire. L'objectif étant de réaliser des diagnostics préventifs comme des fouilles par exemple.

A la découverte du site de l'Anse à Henry

 

Mardi 30 août, ils se sont rendus sur le site où ont été découverts les vestiges de l'occupation européenne, amérindienne et de l'ère paléoesquimau. Ils ont ainsi pu discuter des fouilles déjà entamées là-bas, des recherches menées conjointement par les universités de Rennes et de Laval. 

Le site de l'Anse à Henry est un incontournable lieu de recherches de vestiges anciens. Il pourrait relever de la compétence de l'Inrap dans les prochaines années en raison de l'érosion des lieux.

Tous les sites risques aujourd'hui d'être détruits soit par l'homme, soit par la nature. Il est important d'établir une cartographie des connaissances de l'ensemble de ces sites.

Dominique Garcia, président de l'INRAP

 

L'intérêt de l'Inrap pour les sites archéologiques

ultramarins

 

L'Inrap effectue plus de 2100 opérations en France Métropolitaine. Ces interventions sont plus rares dans les territoires ultramarins. Les fouilles menées par exemple sur le site de l'Anse à Henry où ont été trouvés des vestiges pélaoesquimaux "est un lieu unique" pour les archéologues.

À lire aussi: La destination Saint-Pierre et Miquelon proposée par un tour opérateur de luxe en 2022

Selon Dominique Garcia "il s'agit de compléter des pages inédites de l'histoire de France".

Ce site on ne le trouve nulle part ailleurs en France et c'est aussi se connecter avec nos collègues qui travaillent sur ces territoires et dans les pays voisins comme au Canada et aux USA. En fin de compte, c'est s'ouvrir sur une archéologie internationale. C'est créer une histoire mondiale.

Dominique Garcia, président de l'INRAP

 

La prochaine étape de cette visite qui se termine ce jeudi 2 septembre, le patrimoine de Miquelon-Langlade.

Le reportage sur le site de l'Anse à Henry signé Raphaelle Chabran et Aldric Lahiton. 

 

L'Inrap je vous le rappelle effectue des diagnostics préventifs sur terre mais aussi en mer. Dominique Garcia, le président de l'Institut national de recherches archéologiques préventives était l'invité d'Anastasia Laguerra ce mercredi 1 septembre 2021. En voici un extrait.