École Henriette Bonin : les classes de CP et CE1 suspendues à la rentrée

éducation
Cour d'école
©Claire Arrossaména
Prévisions d'effectifs, inscriptions, organisation  : la rentrée scolaire 2020 se prépare. À l'école Henriette Bonin, elle suscite des interrogations. Les parents et l'équipe pédagogique viennent d'apprendre la suspension des classes de CP et de CE1. 
Pour cette rentrée scolaire 2020, l'école Henriette Bonin n'accueillera pas d'élèves de CP, ni de CE1. Le service de l’Éducation nationale a annoncé récemment suspendre ces deux niveaux. Cette décision répond à la baisse des effectif liée à la faible natalité de l'archipel.
 

« Ce que l’on doit garantir, c’est la qualité des apprentissages, dans les différentes écoles. Pour garantir cette qualité, il faut nous assurer que l’effectif d’une classe est suffisamment important pour permettre une certaine émulation. » - Jean-Pierre Tégon, chef du service de l'Éducation nationale

 

Des élèves transférés à l'école du Feu Rouge 


L'école du Feu Rouge devrait en partie accueillir les élèves d’Henriette Bonin. Les deux futures classes de CP ne devraient pas être surchargées. Jean-Pierre Tégon explique : "Le Feu rouge, en intégrant les quelques élèves d’Henriette Bonin, ne dépassera pas a priori les 20 élèves par classe. On se réorganise, on s’adapte aux effectifs. L’idée étant de garantir un nombre suffisant d’élèves dans chaque classe pour que les élèves puissent travailler dans de bonnes conditions."


Futur incertain pour Henriette Bonin 


Les familles s'inquiètent pour l'avenir de l'école de leurs enfants. Bérangère Bartlett, parent d'élève, a même peur de voir l’établissement fermer ses portes. 
 

"Tous les ans, l’école a une épée de Damoclès au-dessus de la tête et ce n'est pas agréable de ne jamais savoir où on s’en va en septembre !" - Bérangère Bartlett, parent d'élève


À Saint-Pierre et Miquelon, il n’existe pas de carte scolaire par quartier comme en métropole. Mais pour l’Éducation nationale, le dispositif ne changerait pas la situation actuelle. L’avenir des établissements, dont celui d'Henriette Bonin, reste intiment lié à la natalité, mais aussi au développement économique de l’archipel.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live