Elie Jugan, un marin au service du patrimoine de Saint-Pierre et Miquelon

Le doris n'avait plus de secret pour le pêcheur qu'était Elie Jugan. À tel point qu'il en fit son passe-temps lorsqu'il raccrocha les rames. Né à l'époque où l'Île aux Marins ne s'appelait pas encore ainsi, ce marin aguerri a participé à la transmission du patrimoine maritime local.

Elie Jugan à bord d'un doris
Elie Jugan à bord d'un doris
  • Par Annaïg Morazé
  • Publié le
Pied rouge de naissance, Elie Jugan voit le jour le 16 février 1911 à l'île aux Chiens. Passionné par le sport et le football qu'il pratique, c'est sur un autre terrain qu'il exerce son métier. Il passe la majorité de sa vie sur la mer. En 1937, il épouse Elise Derouet. De cette union naîtront neuf enfants.
 

Opération doris en Inde


En 1968, accompagné de quatre autres Saint-Pierrais, Elie Jugan quitte l'archipel en direction de Madras en Inde pour une opération nommée Doris.

À lire aussi : Emblème de la pêche à Saint-Pierre et Miquelon, des doris sont remis à flot.

Cette mission, dirigée et patronnée par le sénateur Henri Claireaux, a pour but de faire connaître aux pêcheurs locaux la méthode de la pêche en doris telle qu’elle est pratiquée à Saint-Pierre et Miquelon.
 

Le symbole d'une époque


À la retraite, Elie Jugan, l'un des derniers fabriquants de doris de l'île, opte pour la réalisation de versions miniatures de cette embarcation emblématique et en fabrique plus de 200 répliques.

Avant son décès le 3 novembre 1991, cet homme de la mer aura reçu la médaille de l'Ordre National du Mérite maritime à trois reprises.

Son portrait avec Alexandra Hernandez :

 
présenté par