Fermeture de la discothèque de Saint-Pierre : les jeunes se disent « dégoûtés »

culture
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre, fermée depuis le 15 mars.
La discothèque du Joinville à Saint-Pierre, fermée depuis le 15 mars. ©Inès Pons-Teixeira

L’unique discothèque de Saint-Pierre restera fermée durant la saison estivale. Les jeunes et les étudiants se demandent où ils pourront danser.

Le 1er octobre 2020, la discothèque du Joinville annonce la fermeture de ses portes. C’était la dernière boîte de nuit encore en activité à Saint-Pierre. En cette période de crise sanitaire qui épargne l'archipel, la jeunesse locale voit l'un des ses principaux lieux de rendez-vous fermer ses portes. Nous avons recueilli le sentiment de trois jeunes étudiants de l'archipel.

À lire aussi : La fête est finie à la discothèque de Saint-Pierre

« Avec l’année que l’on vient de vivre en France et les restrictions sanitaires, nous n’avons pas eu la chance de voir les discothèques. L’idée de se retrouver sans Joinville une fois à Saint-Pierre est désolante » témoigne Hugo Brillant, étudiant à Nantes, qui se dit déçu de ne pas pouvoir profiter d’une discothèque cet été.

Elise Olaïsola, 22 ans, se questionne elle aussi suite à l'annonce de la fermeture de la discothèque. « Cela ne m’empêchera pas de profiter de mes week-ends mais je trouve que c’est dommage de ne pas avoir de discothèque sur une île comme la nôtre, ne serait-ce que pour les étudiants qui rentrent l’été. » Elle explique que le Joinville permettait de « se retrouver dans un lieu festif tous ensemble ».

Des conséquences sur la vie nocturne

 

Comme d'autres, Elise craint que la fermeture du Joinville pourrait mener à une hausse de la délinquance sur l'île. Elle éprouve un regret et avoue que « cela sera différent cet été à la sortie des bars, avec un risque de fêtes sauvages ».

Un autre jeune de l’archipel, étudiant à Montréal, explique que « la fermeture de la discothèque est embêtante puisqu’il s’agit d’un lieu de regroupement avec des amis et de passer un bon moment tous ensemble ». Il affirme qu’un « endroit pour danser manquera cet été ».

Les idées ne manquent pas pour se divertir

 

Les jeunes se disent contrariés mais comptent tout de même trouver de quoi s’amuser. Elise Olaïsola explique qu’elle ira « profiter des occasions festives qui s’organiseront durant l’été » et qu’elle découvrira « les nouveautés qu’offrent les différents bars. »  En attendant, l’association Yellow Waves s’occupe d’organiser des festivités afin de garder l’archipel actif.

L’été réserve plusieurs surprises.

Hugo Brillant

 

Hugo raconte que « les fêtes, les activités sportives et associatives permettent de profiter au maximum de l’été donc je pense que nous allons avoir un été aussi chargé que d’habitude. » Il raconte que les jeunes profiterons dans les « différents bars qui ont ouverts ». D’autres ont décidé « d’organiser des soirées ailleurs » et de « faire un peu plus de barbecue entre amis ».