L'envahissant crabe vert en pince pour Saint-Pierre et Miquelon

environnement
Repéré pour la 1ère fois en 2013 dans l'archipel, le crabe vert est surveillé de près.
Repéré pour la 1ère fois en 2013 dans l'archipel, le crabe vert est surveillé de près. ©spm la 1ère
Repéré pour la 1ère fois en 2013 dans l'archipel, le crabe vert est surveillé de près. Cette espèce envahissante, particulièrement menaçante pour la biodiversité locale, connaît une croissance exponentielle.

Aujourd'hui, spécialistes et pêcheurs sont inquiets. Le nombre de capture de crabes verts montre que cette espèce envahissante connaît une recrudescence. Plus de 500 de ces crustacés ont été pris en 2022... et l'année n'est pas terminée, contre 3 en moyenne sur les années précédentes.

Une capture importante

La DTAM mène une phase de détection précoce mais l'effort de capture est limité, il faudrait encore plus de casiers à relever. Un travail réalisé par les services de la DTAM.

Les pêcheurs sont ainsi appelés à la vigilance. S'ils en capturent, il est conseillé de ne pas les remettre à l'eau. Une observation du crustacé peut permettre de faire la distinction entre le crabe vert et le crabe de roche, espèce commune des eaux autour de l'archipel. 

Quel risque pour la biodiversité locale ? 

Cette espèce est considérée comme agressive. Elle peut attaquer certaines espèces, notamment les larves de homard, et les mollusques. Il déterre aussi les herbiers marins, base de la chaîne alimentaire.

L’éradication s'avère impossible, il s’agît donc de limiter l'expansion du crabe vert.

Martine Briand et Aldric Lahiton