La classe politique réagit suite aux actes dont a été victime le député de Saint-Pierre et Miquelon

politique
MANIFESTATION ANTI PASS SANITAIRE
©SPM LA PREMIERE
Stéphane Claireaux a reçu de nombreuses marques de soutien au sein de la classe politique locale et nationale suite à son agression subit en marge de la manifestation contre le pass sanitaire dimanche 9 janvier 2022. Sous le choc, le député se dit encore dans l'incompréhension.

Au lendemain de la manifestation organisée par l'association "Ensemble et libres" le 9 janvier dernier, Stéphane Claireaux était encore sous le choc. Lundi, le député était toujours dans l'incompréhension et l'émotion suite aux actes dont il a été victime en marge du rassemblement qui a regroupé à Saint-Pierre entre 600 et 700 personnes et une centaine à Miquelon. 

À lire aussi : Stéphane Claireaux : "Je suis rentré en politique pour discuter avec les gens... je ne peux pas cautionner cette violence"

Le député de Saint-Pierre et Miquelon a déposé une plainte ce lundi 10 janvier à la brigade de gendarmerie de Saint-Pierre. Elle vise explicitement l’association "Ensemble et libres" organisatrice de la manifestation. Cette action vient en complément de l’enquête judiciaire ouverte dès lundi après midi par la procureure de la République.

L'enquête a été confiée à la brigade de recherche, en flagrant délit pour violence sans interruption temporaire de travail sur personne exerçant une mission de service public. S’ils sont identifiés et reconnus coupables, les auteurs risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende . 

Les réactions fusent localement mais aussi au niveau national

 

Annick Girardin a été une des premières à réagir sur Twitter. La ministre de la Mer a dénoncé l’agression du député en publiant une courte vidéo. Elle a également critiqué le sénateur Stéphane Artano qui avait appelé à soutenir la manifestation. Stéphane Artano qui a pour sa part "condamné avec force et sans réserve l’agression de Stéphane Claireaux".

Le maire de Saint-Pierre, Yannick Cambray a également exprimé "sa honte de voir une horde s’en prendre à un homme seul".

Une solidarité également partagée par le maire de Miquelon-Langlade, Franck Detcheverry. 

©saintpierreetmiquelon

 

Bernard Briand réagit également. Le président de la collectivité territoriale de Saint-Pierre et Miquelon "condamne ces agissements" mais "pointe ce qu’il considère aussi comme une instrumentalisation politique"

On écoute sa réaction au micro de Frédéric Dotte et de Jérôme Anger.

©saintpierreetmiquelon


Bernard Briand, opposé à la mise en œuvre du pass sanitaire sur l’archipel, craint que l’épisode de ce dimanche 9 janvier n’ait enlevé de la crédibilité au combat des opposants. 

©saintpierreetmiquelon

 

Cette agression d'un député français par quelques opposants au pass sanitaire a également eu un retentissement national et même international en faisant les gros titres de la presse régionale, nationale, et même du Guardian en Grande Bretagne.

À lire aussi : Mobilisation de grande ampleur à Saint-Pierre et Miquelon contre l'obligation du pass sanitaire

Stéphane Claireaux qui a reçu de nombreuses marques de soutien au sein de la classe politique dont celles des autres députés mais aussi le soutien du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu ainsi que du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui a demandé au préfet de Saint-Pierre et Miquelon d’assurer la sécurité du député de l'archipel.

Autres réactions, celles du président de la République Emmanuel Macron, du Premier ministre Jean Castex et du député Christophe Castaner . 

©saintpierreetmiquelon