La route des Terre-Neuvas, une nouvelle traversée à la voile historique entre Saint-Brieuc et St-Pierre et Miquelon

voile
route des Terre-Neuvas
La baie de Saint-Brieuc accueillera en juillet 2023, les trimarans de la route des Terre-Neuvas qui prendront le départ de l'épreuve à Saint-Pierre et Miquelon ©Lloyd Images / Pro Sailing tour
Ce sera la grande nouveauté en terme de traversée à la voile. La route des Terre-Neuvas, prévue en juillet 2023, réunira sur la ligne de départ des multicoques de la class Open 50. Des voiliers qui feront la traversée Saint-Pierre/Saint-Brieux pour cette première édition.

C'est un grand évènement nautique qui attend les amateurs de voile de Saint-Pierre et Miquelon mais aussi et surtout les skippers et les équipages des trimarans qui vont prendre part à la toute première édition de la route des Terre-Neuvas. Le départ est prévu le 9 juillet 2023 de Saint-Pierre. Les multicoques devrait effectuer la traversée vers la baie de Saint-Brieuc entre cinq et six jours.

À lire aussi : "Entre Terre et Mer", une série qui avait redonné vie à l'île aux Marins

À ce jour, huit skippers ont décidé de braver l'atlantique Nord entre l'archipel et la côte bretonne. Un challenge sportif mais pas seulement puisqu'il s'agira de relever un autre défi "celui de leurs ancêtres, de nos ancêtres qui sillonnaient ces océans et qui, après une campagne de pêche essayaient d'aller le plus vite possible vers la Bretagne pour vendre le produit de leur pêche et rentrer chez eux", comme le souligne Philippe Paturel, fondateur de la Route Saint-Pierre et Miquelon.

Cette toute nouvelle course transatlantique, qui sera officiellement lancée l’année prochaine, a séduit plusieurs skippers mais aussi des anciens Terre-Neuvas.

Saint-Pierre et Miquelon, c'était l'escale de rêve [...] l'équipage connaissait beaucoup de monde là-bas et quand on annonçait qu'on allait faire escale pour se ravitailler ou après deux mois et demi d'autonomie [...] tout l'équipage était heureux.

Émile Jenouvrier, ancien Terre-Neuvas sur le navire " le commandant Gué "

Cela fait trois ans que les organisateurs préparent cette route des Terre-Neuvas.

Les Terre-Neuvas ©Archives SPM la 1ère

Les Terre-Neuvas ce sont ces pêcheurs français mais aussi d'origine basque, espagnole, portugaise ou anglaise qui pêchaient la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve au Canada.

À lire aussi : Souvenirs de Saint-Pierre et Miquelon d'un ancien terre-neuva

Cette épreuve nautique sera aussi l'occasion de proposer aux skippers de trimarans de 50 pieds d'avoir leur propre course transatlantique.

La route des Terre-Neuvas parle d'elle-même dans le titre de la course. Il y a toute une histoire qui ressort et en tant que coureur ça procure de l'émotion et on a envie d'aller voir ce qui s'y passe, d'aller vivre ce qu'on vécu nos ancêtres quand ils sont allés pêcher la morue sur le bancs de Terre-Neuve.

Erwan Le Roux, président de la classe Ocean Fifty et skipper de Koesio

Pour  Thibault Vauchel, ce projet "est super excitant". Si cet amoureux de la mer est déjà passé près des côtes de Saint-Pierre et Miquelon, il n'avait fait que les longer mais cette fois cette course sera l'occasion de découvrir l'archipel.

Je trouve ça remarquable d'aller explorer de nouveaux territoires.

Thibault Vauchel Camus, skipper Solidaires en Peloton / Arsep

Pour Michel Le Bolloch, ancien administrateur maritime à Saint-Pierre et Miquelon ce projet "permet de continuer à faire vivre cette histoire riche, que l'on continue de cultiver sur tout le littoral de la Manche".

Voyez le reportage d'Éric Cintas et d'Emmanuel Gire.

©saintpierreetmiquelon

Pour cette première édition, les voiliers traverseront l'Atlantique au départ de Saint-Pierre, direction la baie de Saint-Brieuc. Ils seront convoyés. 

La version définitive est pour 2027 avec une course aller-retour. Saint-Brieuc/Saint-Pierre, un séjour de dix jours, puis un retour Saint-Pierre/Saint-Brieuc.

Philippe Paturel, fondateur de la route Saint-Pierre et Miquelon

Lors de cet évènement sportif, des courses locales seront aussi organisées proche des côtes de Saint-Pierre ainsi que de Miquelon-Langlade.

À lire aussi : Voile : retour sur l'histoire de la transatlantique entre Lorient et Saint-Pierre

En attendant, c'est toute une logistique à terre qui est menée depuis plusieurs mois.

Retrouvez l'entretien complet de Philippe Paturel. Il est interrogé par Flavie Bry.

©saintpierreetmiquelon