Le Grand Barachois à Miquelon, un trésor de l'archipel étudié par des archéologues

histoire
Mission archéologique au Grand Barachois à Miquelon
Mission archéologique au Grand Barachois à Miquelon ©SPM La 1ère
Le Grand Barachois livrera-t-il ses secrets aux archéologues en visite a Miquelon cette semaine ? C'est en tout cas ce qu'espèrent les experts venus sur place pour trouver des preuves du passage de populations amérindiennes ou paléoesquimaudes.

Après l'anse à Henry et le site du Bois Brûlé, c'est au tour du Grand Barachois à Miquelon d'être scruté à la loupe par des archéologues qui espèrent qu'il livre ses secrets.

Un site exceptionnel

 

Si ce groupe d'experts franco-canadien s'intéresse à ce site en particulier, c'est parce qu'il leur semble exceptionnel à plus d'un titre. Tout d'abord, en raison de la présence de ressources naturelles que l'on appelle les amas coquilliers, et qui peuvent en dire long sur l'histoire d'un territoire.

À lire aussi : Découverte d'un nouveau site archéologique près de l'étang du Bois brûlé à Saint-Pierre

Il s'agit en fait d'une accumulation de coquilles de mollusques qui sont en réalité des restes de repas des habitants qui ont occupé les lieux précédemment, parfois sur de très longues périodes.

On part des amas coquilliers et on essaye de trouver des vestiges plus anciens potentiellement amérindiens ou paléo-inuits

Grégor Marchand, archéologue

 

Pour le moment, seules des traces de la présence de population datant du 19e siècle ont été mises au jour. Les archéologues ont notamment trouvé un fragment d'os de baleine, visiblement découpé avec une hache. 

On sait qu'on a des écosystèmes extrêmement riches à Miquelon qui peuvent vraiment abriter des sociétés de chasse et de pêche. On a les matières premières et les carrières de fabrication d'outils bifaciaux. Donc potentiellement on a un "nouvel anse à Henry" sur Miquelon mais pour le moment on ne l'a pas identifié

Grégor Marchand, archéologue

 

Reportage Martine Briand et Anastasia Laguerra