Direction l'Uruguay pour Le Grande Hermine, chalutier emblématique de la pêche des terre-neuvas

patrimoine
grande hermine
©SPM la 1ère
Il a quitté Saint-Malo le 10 septembre dernier pour voguer vers d'autres horizons. Le Grand Hermine est désormais basé à Montevideo en Uruguay. Ce chalutier est l'un des témoins des terre-neuvas et notamment de la guerre de la morue dans les années 90. 
 
Le Grand Hermine navigue sous pavillon uruguayen. Le chalutier avait été mis en service par la Comapêche en 1985.  Il a terminé sa carrière en mars 2018. Il était amarré dans le port de Saint-Malo depuis cette date.

Sa vente est l'occasion de revenir sur ce chalutier-usine. Ceux qui l'ont bien connu se souviennent d'un pan de son histoire au niveau local. Il est l'un des témoins de la grande pêche, des terre-neuvas mais aussi de la guerre de la morue. 

Dans les années 90, les armements métropolitains décident d'aller pêcher dans les zones jusque-là réservées aux marins pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon. Un conflit se déclenche suite à l'arbitrage du gouvernement de l'époque. Marc Plantegenest raconte. 
 

 Vous voulez partager nos droits de pêche avec l'armement comapêche. C'est pas possible, on ne veut pas. Nous on a que cette zone (le 3PS) pour venir pêcher. Et si vous le faites, ça sera la révolution à Saint-Pierre et Miquelon."

Marc Plantegenest, président du conseil général entre 1983 et 1994


Le gouvernement cédera et modifiera son arbitrage en donnant à Saint-Pierre et Miquelon l'exclusivité des droits de pêche.

Le Grand Hermine comme bon nombre de chalutiers français fera escale à Saint-Pierre à plusieurs reprises. Daniel Revert était à l'époque représentant de ces navires il raconte

 

En définitif, que ce soit les marins de métropole et les marins de Saint-Pierre et Miquelon c'était une grande famille. Il y avait beaucoup de solidarité [...] Il n'y avait pas de frontières.

Daniel Revert, représentant des chalutiers français

  

Retour sur un des pans d'histoire de ce chalutier avec Clémentine Baude et Cathy Larralde. 
©saintpierremiquelon

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live