Les dirigeants économiques de l’archipel demandent une septaine obligatoire

économie
La CACIMA
La CACIMA ©CB
Les organisations patronales, les élus de la CACIMA et l'association Vita Ville sont inquiets de l'évolution sanitaire locale et de ses répercussions sur l’économie de l'archipel. Ils demandent au préfet de l'archipel un renforcement des mesures sanitaires à l'entrée sur le territoire. 
"Une septaine stricte et isolée ainsi qu'un test PCR, avec contrôle des services de l'état.", c'est ce que demandent, dans un courrier adressé au préfet, les organisations patronales, les élus de la CACIMA et l'association Vita Ville. Ils sont inquiets du contexte sanitaire local et des risques de répercussions sur le monde économique de Saint-Pierre-et-Miquelon. Le président de la CACIMA, Alain Beauchène indique : "On était très inquiets nous la CACIMA et les autres syndicats patronaux avec l'arrêt de cette quatorzaine, on avait demandé à ce qu'il y ait une septaine stricte et un autre test PCR."
 

Des entreprises en difficulté


Pour lui, les entreprises ont déjà très mal vécu le confinement... "Certaines ont pour l'instant bien passé le cap, mais ce ne sont que des situations artificielles, les échéances ont été repoussées, les emprunts PGE vont tomber l'année prochaine. Donc à un moment, on va devoir tout payer, et à ce moment-là on ne sait pas comment sera la situation" 

Alain Beauchêne interviewé par Adrien Develay : 
©saintpierremiquelon
Les Outre-mer en continu
Accéder au live