st-pierre & miquelon
info locale

Le littoral de Miquelon-Langlade touché par l'érosion : état des lieux

nature
Erosion
Parmi les zones les plus touchées par l'érosion, l'isthme de Miquelon-Langlade ©DJ SPM1ère
Sur la grande île, plusieurs endroits témoignent de l'impact du phénomène d'érosion sur le littoral, comme l'isthme ou encore la route de Mirande. La situation de Miquelon, notamment du goulet du Grand Etang, sera abordée lors d'une réunion, le 13 janvier.   
La route de Mirande, Belliveau, le Nord du goulet du Grand Etang ou encore l'isthme de Miquelon-Langlade... Le littoral de la grande île, porte les marques de l'érosion. Un phénomène d'autant plus visible après le passage de tempêtes, comme en 2009, lorsque la route de l'isthme avait été en partie détruite, ou plus récemment fin 2016, avec les dégâts occasionnés sur la façade Ouest et au Petit Barachois

Erosion
De nombreux endroits du littoral de la grande île impactés par l'érosion ©DJ SPM1ère



Evolution 

Roger Etcheberry est naturaliste amateur. Sa base de photographies est impressionnante. De nombreux clichés qui font état des évolutions des paysages, du littoral. De quoi rendre jaloux un expert du domaine. Mais l'homme s'en défend. " Je suis loin d'être un spécialiste, je constate", explique-t-il.
Roger Etcheberry
Roger Etcheberry, naturaliste amateur ©DJ SPM1ère

A défaut d'être un spécialiste, Roger Etcheberry, est au moins un passionné. " Il est évident que cela se détériore. Dans presque tous les endroits c'est négatif. Il y a quelques sites surprenants, même ahurrissants, comme du côté du nord de l'isthme, où l'on observe un va-et-vient extraordinaire de sable. Un des rares points positifs. Mais dans l'ensemble, c'est négatif. Maintenant, est-ce que cela est dû au réchauffement climatique? Ce n'est pas à moi de le dire. Une chose importante par contre, les anciens nous disaient que la côte était protégée par la glace en hiver. Aujourd'hui, c'est rarement le cas. Et puis il y a de plus en plus de vent, ce qui n'arrange pas les choses. Ce sont des phénomènes très complexes". 

 

Etudes

Des phénomènes complexes, sur lesquels la Dtam, la direction des territoires, de l'alimentation et de la mer, se penche depuis 2011. Pour mieux comprendre l'érosion mais aussi la submersion, des outils de mesure ont été déployés, en collaboration avec le Cerema, centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement, ou le Shom, le service hydrographique et océanographique de la marine. Objectifs : effectuer un suivi du trait de côte et la mesure des zones basses. Un houlographe, un marégraphe et des courantomètres ont été installés. "En ce qui concerne l'érosion, des levés topographiques sont réalisés sur le terrain par des agents de la Dtam avec des GPS. Depuis 2012, on acquiert une connaissance plus approfondie du territoire", précise Jean-Pierre Michelin, technicien du système d'information géographique de la Dtam. "Les études ont permis de lancer l'instruction d'un plan de prévention des risques littoraux (PPRL) qui intervient sur les aménagements futurs de l'archipel", explique Jean-Pierre Claireaux, chef du service environnement, énergie, risques et informations géographiques à la Dtam. Plus récemment, des relevés ont été effectués par avion par l'IGN, l'institut national de l'information géographique et forestière, pour obtenir des relevés précis de la topographie de l'archipel. Les résultats seront exploitables dans les mois qui viennent. Pour analyser toutes ces données, la Dtam travaille avec le BRGM, le Bureau de recherches géométriques et minères. 

Travaux d'urgence

Sur la route de Mirande, mais aussi au niveau de l'isthme, des travaux ont été réalisés ces dernières années pour tenter de ralentir le phénomène. Notamment après la tempête de 2009 qui avait détruit une grande partie de la route de Miquelon-Langlade. "Des interventions ont été effectuées au coup par coup pour préserver les infrastructures par nos services et la collectivité", explique Jean-Pierre Claireaux. Des gabions ont notamment été posés et quelques enrochements réalisés. Mais il s'agit de solutions d'urgence qui, notamment dans le cas des gabions, ne sont pas pérennes. "Une stratégie d'intervention reste à définir avec les collectivités selon les secteurs. Il y a peut-être des endroits où l'on va décider de laisser faire, d'autres où il y a plus d'enjeux et où il sera intéressant d'intervenir". 
Gabions érosion
La pose de gabions est l'une des solutions d'urgence pour limiter les dégâts sur les infrastructures, mais elle n'est pas pérenne ©DJ SPM1ère

 

Le nord du goulet du Grand Etang 

Des travaux, c'est ce que demande la mairie de Miquelon au niveau de la partie Nord du goulet du Grand Etang. En décembre dernier, l'adjoint au maire de la commune, Yannis Coste, tirait la sonnette d'alarme. "On s'aperçoit qu'avec les vents très forts d'Est, il y a énormément de dégâts qui sont faits. On attendait une solution pour freiner ou arrêter ce phénomène d'érosion mais rien à ce jour n'a été fait. Nous faisons part de nos inquiétudes quant aux conséquences que pourrait avoir le franchissement de la mer sur le secteur (...). Est-ce à cause des vents forts de secteur Est ou de la déviation du courant du goulet qui longe maintenant le littoral (...) ou encore la conséquence des travaux d'enfouissement du sablier? On n'en sait rien. Seule une étude pourrait permettre de répondre. En attendant, c'est grave, surtout pour les riverains qui vont encore avoir de l'eau". 

Yannis Coste-Miquelon


Une réunion est prévue vendredi 13 janvier entre la Dtam et la municipalité de Miquelon pour aborder la question de l'érosion. 

Le reportage de Viviane Dauphoud-Eddos et Jérôme Anger : 

©saintpierremiquelon

 

Publicité