Malgré les soucis techniques de la pilotine de Saint-Pierre, les navires sont amenés à bon port

tourisme
TOURISME
A l'intérieur du National Geographic Explorer, le pilote de la station de pilotage. Une obligation pour que le navire puisse accoster dans le port de Saint-Pierre. ©SPM LA PREMIERE
Les accostages de paquebots, une opération toujours très minutieuse et millimétrée. Cette charge incombe aux professionnels de la station de pilotage. Le radar IV étant en panne depuis le 20 août dernier, le pilote maritime était aidé par la gendarmerie nationale.

Il arrive tout droit de Saint-Jean de Terre-Neuve, le National Geographic Explorer a accosté dans le port de Saint-Pierre sans encombres. L'équipage du paquebot a pu compter, comme l'exige la procédure, sur le pilote de la station locale de Saint-Pierre et Miquelon. 

À lire aussi : Un géant des mers en escale dans la rade de Saint-Pierre

Mais la procédure était quelque peu perturbée depuis le 20 août dernier par la mise hors service du remorqueur de la station. Le pilote et président de la station de pilotage de Saint-Pierre et Miquelon a eu l'aide de la gendarmerie de l'archipel pour rejoindre les bateaux en mer.

Nous avons été sollicités par la station de pilotage pour donner un coup de main sur l'acheminement du pilote à bord du bateau car ils ont des petites difficultés mécaniques avec le radar donc, dans la mesure du possible, nous prêtons le bateau de la gendarmerie pour l'amener à bord.

Eric Misserey, commandant de la gendarmerie de Saint-Pierre et Miquelon

Et ce mercredi 31 août, les vents étaient favorables, entre 7 et 10 nœuds. Malgré ces bonnes conditions météorologiques, la vigilance était de mise lors de l'accostage du paquebot de 112 mètres mais aussi en mer lors de l'approche du navire.

Quand le bateau va s'approcher et se mettre à couple pour que j'embarque par l'échelle, il faut être vigilent. Il ne faut pas se faire écraser les pieds par la vedette et la timonerie. Après sur la manœuvre en elle même c'est de mettre le bateau à la bonne position pour que les amarres ensuite travaillent bien et qu'elles maintiennent le bateau bien à quai sur toute l'escale.

Victor Esteban, pilote maritime et président de la station de pilotage de Saint-Pierre et Miquelon

Quand aux futures interventions de la station de pilotage, rien n'a encore été décidé

Elise Marné et Jérôme Anger étaient au môle frigorique pour suivre la manœuvre ce mercredi. 

©saintpierreetmiquelon