st-pierre & miquelon
info locale

La ministre Annick Girardin à nouveau épinglée par le Canard Enchaîné

politique
annick girardin
Dans son édition de ce mercredi 30 octobre, Le Canard Enchaîné s’intéresse à nouveau à la ministre des Outremer Annick Girardin et à la société GSI de son compagnon Jean-François Vigneau.
La semaine dernière, Le Canard Enchaîné avait pointé du doigt l’absence de concurrence dans la procédure d’attribution de contrats publics à la société GSI de Jean-François Vigneau, compagnon d’Annick Girardin. Des attributions dont, selon le journal, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique n’avait pas été informée. Annick Girardin s’était alors défendue de tout manque de transparence, rappelant qu’elle n’avait « aucun lien » avec l’entreprise. Dans son édition de ce mercredi, l’hebdomadaire souligne que le siège social de la société GSI est situé au domicile que partage Annick Girardin avec son compagnon.

À lire aussi : Le compagnon d’Annick Girardin épinglé par le Canard enchaîné sur des marchés publics

Ce nouvel article évoque un autre appel d’offre, remporté en décembre 2016 pour le gardiennage des locaux de Saint-Pierre et Miquelon la 1ère. Ce qui porte, selon lui, le montant de l’ensemble des marchés publics remportés par l’entreprise à « 3,1 millions d’euros en six ans ».

À lire aussi : Annick Girardin qualifie de "calomnie" une attaque contre son compagnon

Le journal insiste par ailleurs sur la déclaration d’intérêt d’Annick Girardin effectuée en avril 2014 dans laquelle son compagnon serait mentionné comme « demandeur d’emploi » avec « un projet de création d’entreprise », alors que la société GSI, créée en juillet 2013, avait déjà remporté un premier appel d’offres pour le gardiennage de la station Galileo pour un montant de 792 702 euros hors taxes.

L’hebdomadaire pointe enfin l’absence de toute mention de l’entreprise CISPM Conseil et Gestion dans la déclaration d’intérêt de juillet 2017 de la ministre des Outremer. La société créée en juin 2016, et qui serait présidée par Annick Girardin, serait une filiale de la coopérative CISPM, subventionnée en partie par l’AFD dont le ministère des Outremer « assure la cotutelle » affirme le Canard Enchaîné.
Publicité