À Miquelon, des salades cultivées en hiver grâce à la lumière à vapeur de sodium

agriculture miquelon-langlade
salades miquelon
Cindy Lucas, dans ses serres à Miquelon. ©Clémentine Baude

Une entreprise de Miquelon a investi dans des lampes à vapeur de sodium pour produire des salades fraîches pendant l'hiver. Une "expérience", pour la cultivatrice derrière le projet lancé en 2020. Elle n'avait encore jamais testé le procédé. 

Batavia, laitues ou encore feuilles de chêne... Dans les serres de Floradécor, à Miquelon, on trouve encore des salades de différentes variétés en plein mois de décembre. L'entreprise a investi en 2020 dans un nouveau dispositif pour chauffer les 350 mètres carré de serres : 32 lampes à vapeur de sodium haute pression ont été installées. 

À lire aussi > L'agriculture à Saint-Pierre et Miquelon : retour sur les temps forts de l'émission À La Une

"La lumière sodium haute pression nous permet de compenser les heures de jour qui nous manquent à l'automne", décrypte la cultivatrice Cindy Lucas. Les lampes sont programmées pour s'éteindre à 6 heures du matin. Elles se remettent ensuite en marche automatiquement le soir, quand la luminosité commence à baisser. Des voiles thermiques complètent le dispositif. Objectif : faire monter les températures des serres, même pendant l'hiver. "Si on a du -5 dégrés à l'extérieur, on est encore en températures positives à l'intérieur de la serre", s'enthousiasme Cindy Lucas. 

 

Une "expérience" en pleine crise sanitaire

 

L'agricultrice récolte actuellement 250 salades en moyenne pendant la semaine. Elle espère en récolter 3 000 d'ici la mi-janvier 2021. Mais elle n'est pas encore certaine d'atteindre son objectif : "c'est une expérience, on verra si elles vont résister à l'hiver." 

"Avec la lumière, ça donne une salade bien pommée, ce qu'on ne pouvait pas faire l'année dernière."

Cindy Lucas, cultivatrice pour Floradécor

 

D'autant que les lampes à vapeur de sodium n'ont pas été installées dans les temps recommandés. Avec de la crise sanitaire, la livraison du matériel a été retardée de plusieurs semaines. "Quand j'aurai fini de couper les salades à maturité, les autres ne profiteront plus de l'éclairage sodium", s'inquiète Cindy Lucas. "Elles mettront plus de temps à pousser et les températures négatives vont bientôt arriver." Malgré tout, la cultivatrice espère une bonne récolte : "on les laissera sous voile d'hivernage et on verra."

Reportage de Clémentine Baude et Hélène Corbie :