Ouragan Teddy : un voilier hollandais forcé de se dérouter vers Saint-Pierre

transports
ouragan teddy voilier neerlandais
©SPM la 1ère
Contraint de se mettre à l'abri des ouragans, le Marie Blue a trouvé refuge dans le port de Saint-Pierre. Mais en raison du contexte sanitaire, l'équipage a interdiction de débarquer.

À la recherche d'un port sûr, c'est à Saint-Pierre et Miquelon que le Marie Blue a demandé à se mettre à l'abri des perturbations climatiques en cours en ce début d'automne dans l'Atlantique. Le voilier battant pavillon néerlandais est arrivé lundi 21 septembre au port de Saint-Pierre, en provenance des États-Unis.
 

Menacés par l'ouragan Paulette


Les trois hommes et femme d'équipage ont dû quitter leur port d'escale dans l'archipel britannique des Bermudes, afin d'échapper à l'ouragan Paulette, puis à l'arrivée de la tempête Teddy qui a modifié leur plan de route.

À lire aussi > Un couple choisit Saint-Pierre et Miquelon pour vivre à bord de son voilier centenaire

Plutôt que de poursuivre vers les Açores, le voilier a mis le cap au Nord en direction du Canada. Avant de choisir finalement de faire une escale européenne à Saint-Pierre.
 

" Étant donné que Saint-Pierre et Miquelon est un territoire français et des îles européennes, nous avons pensé que c'était plus facile pour nous de faire escale ici et d'entamer les réparations nécessaires." - Christiaan, capitaine du Marie Blue


À l'arrivée du voilier, le commandant du port de Saint-pierre a estimé que le navire serait plus en sécurité à quai plutôt qu'en mouillant au large. Une situation exceptionnelle au regard de la crise sanitaire en cours.

À lire aussi > Les dirigeants économiques de l’archipel demandent une septaine obligatoire

Un décret préfectoral en date du 11 août dernier précise en effet que "les escales et mouillages des navires de plaisance arrivant d'un port étranger sont interdits".
 

Escale interdite en raison de la pandémie


Une exception est faite pour les navires étrangers battant pavillon européen ou du Royaume-Uni pour lesquels "les mouillages sont autorisés". Mais "durant cette période, l'équipage et les passagers du navire ont l'interdiction de débarquer".
 

" Ils nous déclarent avoir effectué un test PCR aux Bermudes. Mais les autorités françaises n'ont pas les moyens d'effectuer la vérification, donc par mesure de précaution, l'interdiction de débarquer perdure. " - David Girier, coordonnateur des politiques maritimes


Si le temps le permet, l'équipage du Marie Blue espère pouvoir repartir vendredi 25 septembre, en direction des Açores que le voilier pourrait atteindre en une dizaine de jours. Auparavant, les quatre marins vont faire le nécessaire pour se ravitailler en vivres et en carburant. Dans le respect des gestes barrière évidemment. 
 
Le reportage de Linda Saci et Clémentine Baude.
©SPM la 1ère