Bulle Atlantique : des professionnels du tourisme au bord du gouffre à Saint-Pierre et Miquelon

tourisme saint-pierre (spm)
SPM
SPM

Un collectif de citoyens s’est créé pour espérer voir Saint-Pierre et Miquelon intégrer la bulle Atlantique, à l’initiative de Steve Le Bars, un chef d’entreprise qui a lourdement investi dans le secteur du tourisme. Il fait part de son désespoir lié à l'arrêt de son activité.

Il se dit au bord du dépôt de bilan. Pour sauver son entreprise, Steve Le Bars se démène depuis plusieurs jours avec l’objectif que l’archipel intègre la bulle Atlantique. Cela lui permettrait de poursuivre son activité touristique, à l’arrêt depuis plus d’un an en raison de la pandémie de coronavirus.

Pour cela, il a créé un collectif. En deux jours, il a réuni des dizaines de personnes qui, comme lui, n’en peuvent plus de ne pas pouvoir voyager. "Ça me donne envie de me battre et de ne pas baisser les bras."

J’espère que la population de l’archipel va nous suivre, parce que ce n’est pas juste pour l’entreprise, c’est aussi pour nous, pour pouvoir voyager. 

Steve Le Bars


  

De lourds investissements

En 2017, Steve Le Bars avait lourdement investi pour acheter son van. Il avait cru à l’impulsion touristique de l’archipel. "C’est quand-même un véhicule de top-gamme, précise-t-il. Mais maintenant, je fais quoi avec ?"

Je l’ai acheté, c’était pour faire profiter mes touristes.

Steve Le Bars

 

En temps normal, les rues de Saint-Pierre et Miquelon accueillent des touristes canadiens ou américains l’été, qui viennent visiter ce petit morceau de France à côté de chez eux. "C’est mort. D’habitude quand on arrive ici tout le monde est heureux de leur tour, donc tout le monde a envie de rigoler, c’est là qu’on fait les photos souvenirs", déplore-t-il à l’arrivée du belvédère en haut de l’Anse à Pierre.

Tous les matins je me réveille, je me demande qui va m’appeler pour me dire qu’il y a du retard. En attendant, je ne peux pas payer toutes mes factures parce que je n’ai pas plus d’argent qui rentre que ça. 

Steve Le Bars

 

Des inquiétudes partagées

Karl Beaupertuis, le capitaine des ferries partage les inquiétudes de Steve Le Bars. Il souhaiterait également voir l’archipel intégrer la bulle Atlantique, mais reste sceptique. "De ce que je vois et de ce que j’entends, j’ai peur que la vaccination (…) ce soit juste pour supprimer la septaine pour les vols directs, puis merde pour les autres", s’exclame-t-il.

Si c’est pour qu’on fasse partie des gens sacrifiés, tant pis pour le vaccin.

Karl Beaupertuis

 

Pour le capitaine, il est urgent de sauver les entreprises du tourisme, qui sont au bord du gouffre. La bulle atlantique présente pour lui l’avantage de "garder une barrière sanitaire", pour permettre aux Saint-Pierrais et aux Miquelonnais de "respirer un peu", mais aussi de relancer l’économie locale du tourisme.

Reportage de Karim Baïla et Aldric Lahiton